Logo Conseils-animaux.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-animaux.fr, 2022

Le guide complet du Husky de Sibérie

Le Husky est l’un des chiens de traineaux les plus populaires dans le monde. Originaire de Sibérie orientale où le peuple Chukchi l’élève, il est adopté par les Russes autour des années 1700. Ils découvrent une race rapide et surtout pacifique, qui est élevé à tirer les traîneaux. Si la version originale plaisait déjà énormément au peuple Chukchi, c’est grâce à la sélection qu’elle obtient le chien de taille moyenne, robuste et rapide que l’on connaît aujourd’hui : le Husky de Sibérie. Car, bien qu’il puisse paraître bien plus lourd, le Sibérien ne pèse généralement qu’environ 25 kg, ce qui n’est pas incroyable pour un chien de taille intermédiaire à grande. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il est capable de se montrer si véloce et agile. Le Husky est tout simplement capable de courir des distances impressionnantes sans jamais faire de halte. Le poids finalement léger ne l’empêche pas pour autant de pouvoir tirer des traîneaux lourds et a toujours servi de moyen de transport avant d’être finalement considéré comme potentiel chien de compagnie.


Histoire et caractéristiques du Husky

Lorsque l’armée russe envahit pour la première fois les territoires sibériens au 15ᵉ siècle, les Chukchis réussissent à s’enfuir et à s’établir toujours plus au Nord aidés de leurs fidèles Huskies. Le chien issu d’une lignée datant probablement de plus 4 000 ans se montre toujours aussi polyvalent et apte à endosser le rôle de membre de tribu. À cette époque, il est même admis à l’intérieur des demeures Chukchi pour y passer la nuit. Ce n’est qu’en 1909 que les premiers chiens de la race sont transportés en Alaska pour participer à des courses de longue distance appelées All-Alaska Sweepstakes. C’est à la surprise générale qu’elle termine troisième, après avoir pourtant été sous-estimés. On doit leur reconnaissance et leur notoriété à l’année 1925 lorsqu’une épidémie de diphtérie éclate dans la petite ville isolée de Nome, toujours en Alaska. Leonhard Seppala, un muscher norvégo-américain, se lance à la course du sérum vital aidé de ses chiens Huskies. La rapidité et la solidité de la meute permet aux hommes de parcourir près de 1 080 km, de Nome à Nenana. Tandis que le transfert de courrier prend d’ordinaire 25 jours, le troupeau de Huskies fait le trajet en seulement neuf jours. L’AKC reconnaît enfin le chien et permet à la race d’être exportée en France au cours des années 1970, où les premières inscriptions au LOF ont lieu.

Caractère

Le Husky est un chien calme qui peut vivre de 12 à 15 ans. Son espérance de vie est donc assez longue. Pouvant mesurer de 53 à 61 cm chez le mâle et 51 à 56 cm chez la femelle, c’est un chien moins impressionnant physiquement que pour son tempérament et ses capacités. Chien de travail aguerri, il est naturellement indépendant. Mais c’est également un toutou foncièrement affectueux, curieux et attachant. Il est marqué par l’envie de faire partie d’une meute dont le propriétaire en est le leader. Il fera ainsi ce qui lui coûte pour gagner et retenir la confiance et l’affection du parent. Seulement, le Husky est aussi espiègle et très intelligent, il aimera tester votre capacité à être le leader qu’il attend de vous dès le début de votre relation.

Ses caractéristiques en font ainsi un chien pour personne expérimentée. Il ne convient guère aux propriétaires de premier chien. De plus, leurs origines polaires les amènent à vouloir d’un temps d’exercice toujours plus important. Le Husky est un compétiteur envers lui-même, un curieux aussi bien sur le plan intellectuel que physique et un petit vagabond des neiges. Il aime voyager et n’est pas fait pour la vie rangée au sein d’un studio. C’est également un piètre chien de garde. Grand pacifiste, il accueille chaleureusement tout humain sans aboyer, ne hurlant que temps en temps tel un loup.

L’éducation du Husky

Le Husky est extrêmement difficile à dresser. Bon nombre de dresseurs estiment que leur très grande intelligence en est la raison principale. Comme pour tout autre chien, une socialisation et une notion de l’obéissance très précoce sont de rigueur pour obtenir un chien bien dressé. Le principal obstacle est qu’ils font souvent la distinction entre le fait d’obéir à l’intérieur de la maison et étendre leur éducation à l’extérieur. Le problème majeur n’est donc pas qu’ils sont incapables d’intégrer certaines règles ou qu’ils ne les comprennent pas. Ils saisissent parfaitement les règles de vie de base qu’ils appliquent très rapidement à l’intérieur du foyer, mais sont également parfaitement conscients que la maison et l’extérieur sont deux environnements tout à fait différents, justifiant une mise de côté intégrale de leur enseignement à l’extérieur.

Chien de meute avant tout, le Husky a besoin de savoir qu’il est entouré d’un maître fort de caractère, un Alpha, qui soit à la hauteur de la mission de leader. Bien que le renforcement positif soit également applicable, le Husky est l’une des rares races qui comprend quasi mieux une relation plus stricte. Dans le cas contraire, il peut être tenté de s’enfuir. Ne le laissez évidemment jamais en zone non clôturée sans laisse.

Enfin, son entraînement doit être éprouvant à la fois sur le plan physique que mental, car il affectionne plus que tout être testé. Le Husky ne se contente de rien et aime être constamment mis au défi. Un Husky qui déborde d’énergie sans activité est un chien qui transfèrera son agitation sur votre tapis et n’hésitera pas à détruire votre canapé d’ennui.

L’entretien du Husky

Ses origines sibériennes en font un chien qui est doté d’un épais manteau apte à supporter les hivers les plus extrêmes. Cela signifie aussi qu’en lieu tempéré à chaud, le chien perdra une quantité incroyable de poils, notamment en période de mue (printemps et été) . Afin d’atténuer la tendance, il est toujours possible de le brosser en profondeur tous les jours durant cette période. En dehors de son brossage quotidien, le Husky est un chien très propre qui s’autonettoie et ne nécessite pas de bain quotidien ni même toutes les semaines. Lorsqu’il en a besoin, pense cependant à utiliser un shampoing très doux, aux ingrédients naturels et au pH 7 qui prend soin de la peau et du pelage de l’animal. Un shampoing contenant une huile naturelle peut être une belle alternative pour prendre soin de la texture et la couleur de son pelage.

Pensez à vérifier régulièrement ses coussinets, ses oreilles, son nez et ses yeux, car ils peuvent renfermer des parasites, des inflammations, des infections ou encore de simples rougeurs. Compte tenu de leur niveau d’activité, leurs ongles peuvent aussi rapidement devenir un problème s’ils sont longs. Dès que vous les entendez « cliquer » au sol, coupez-les. Enfin, n’oubliez pas de lui brosser les dents deux à trois fois par semaine afin de lui éviter toute accumulation de tartre potentielle ou encore de bactéries.

Le prix moyen d’un Husky à l’achat

Son coût moyen varie entre 1 000 et 1 500 €, les coûts pouvant varier en fonction du lieu d’élevage. Il requiert par ailleurs un budget oscillant entre 1 200 et 1 300 € par an pour ses soins.

Pourquoi les Huskies ont-ils les yeux vairons ?

Contrairement à la croyance populaire, le Husky n’a pas les yeux bleus. En réalité, moins de 5 % de la population canine possède des yeux de couleur bleue contre plus de 40 % des Huskies à posséder des yeux d’apparence claire comme on l’entend. Sur le plan technique, les yeux des Huskies manquent concrètement de pigment. La lumière pénètre directement par le cristallin, générant ainsi cette couleur.

La génétique, cause de leur couleur oculaire

C’est en étudiant le génome du Husky, autrement dit l’ensemble d’ADN contenu dans une cellule, qu’ils ont pu retracer le lien génétique d’avec le Loup antique de Sibérie. Ils découvrent que les bleus en question, en réalité vairons, sont dus à une mutation du gène ALX4, un des 18 chromosomes que l’on retrouve chez le chien. Seulement, cette mutation manque de mélanine. Qu’est-ce que la mélanine ? La mélanine est un pigment naturel que l’on retrouve chez de nombreux êtres vivants, dont l’Homme. Elle détermine la couleur du pelage canin et est la raison de la couleur de ses pigments foncés dans la peau. Étymologiquement, mélanine est un mot qui signifie « noir » en grec. Plus il y a de mélanine, plus la couleur est foncée. Cela explique la raison pour laquelle l’absence de mélanine dans la paire oculaire des Huskies provoque ce ton aussi clair.

Pourquoi parle-t-on d’yeux « vairons » ?

On parle d’yeux vairons en référence à la fourrure d’un petit écureuil appelé « vair » . Il est aussi connu sous le nom de « petit-gris », car sa robe présente une mixture de couleur blanche, de marron, mais aussi de gris qui peut tirer vers la couleur bleue. Chez les êtres humains, on parle d’yeux « pers » mais les deux termes ne désignent pas exactement la même composition. Le terme « pers » fait référence à une nuance de bleu, de vert et de gris tandis que « vairon » désigne le manque de mélanine évoqué plus tôt. Avoir les yeux vairons est la résultante d’un phénomène génétique que l’on appelle l’hétérochromie.

Les robes du Husky

Le Husky de Sibérie moderne peut avoir différentes couleurs, mais présente toujours des motifs qui rappellent le loup moderne. Il peut être bringé. On distingue deux catégories de couleur : les couleurs standards, reconnues par l’American Kennel Club et les couleurs non standards.

Les couleurs standards

Il s’agit des six couleurs que l’AKC reconnaît, à savoir l’agouti et noir, et les associations du blanc avec le gris, le noir, le sable le rouge et seul.

  • l’agouti : il s’agit d’un motif qui se compose de plusieurs couleurs afin de former une apparence la plus sauvage sur le plan esthétique. Le sous-poil est souvent noir et le poil extérieur, au contraire, de couleur claire ou blanche.
  • le noir et la couleur blanche : c’est l’un des motifs les plus répandus chez la race. Il arrive que le noir laisse penser à une couleur plus argentée à force de s’éclaircir.
  • le gris et la couleur blanche : ici, le gris peut aussi se présenter sous différentes nuances. Il peut aussi bien avoir l’air gris foncé que contenir une teinte plus jaune, voire argentée.
  • le rouge/brun et la couleur blanche : le rouge peut couvrir plusieurs nuances, allant du rouge cuivré très clair à un rouge tirant vers le brun. Vous ne verrez que rarement du noir chez un Husky rouge et blanc.
  • le blanc et sable : aussi appelé « zibeline », il s’agit d’une formation composée de roux ou cuivré au niveau du sous-poil et de roux et noir au niveau des poils supérieurs et des extrémités.
  • le blanc : d’une couleur proche du Malamute blanc, sa robe peut parfois tirer au jaunâtre. Quelques points noirs ici et là peuvent être observés.

Les couleurs non standards

Il existe onze couleurs relativement présentes chez le Husky qui ne reflètent cependant pas les critères standards validés par l’American Kennel Club :

  • le Tan et noir
  • le marron
  • le Tan
  • le marron et blanc
  • le noir
  • le Copper et blanc
  • le Tan et blanc
  • le noir et gris
  • le noir, blanc et gris
  • le noir, blanc et marron
  • le Tan, noir et blanc

Toutefois, l’organisation accepte de les reconnaître lors des expositions et défilés de chiens.

Les différentes catégories de Huskies

Bien que le Husky de référence soit le Husky Sibérien, il existe quatre autres types de Husky dont celui d’Alaska, le Malamute, le Klee Kai et le Pomsky.

Le Husky d’Alaska

Il est le descendant d’un croisement entre les Huskies de Sibérie, les loups et des chiens de chasse. D’apparence distincte comparée au Husky de Sibérie, il est plus maigre et révèle une fourrure bien moins épaisse et dense. Ses pattes sont également plus longues. Il ressemble donc plus au loup que son ascendant et peut peser jusqu’à une quarantaine de kilogrammes. Alors que l’on connaît déjà les aptitudes physiques du Husky de Sibérie, celui d’Alaska se montre encore plus endurant et plus rapide. Il est plus docile et facile à éduquer. Il est tout aussi sociable, ce qui en fait un très bon chien de compagnie même si, comme ses frères, il ne supporte guère d’être en appartement et se sentir emprisonné au sein d’un périmètre limité. Une maison avec jardin est un minimum requis.

Le Malamute d’Alaska

Plus grand et également plus lourd que celui de Sibérie, nombreux sont ceux qui les confondent. Il pèse plus de 30 kg et sa queue est touffue. Ses yeux ne sont pas vairons, mais de couleur marron. Il ne manque ainsi pas de mélanine. Solide et équilibré, il possède une très bonne santé, ce qui en fait l’un des chiens de traîneaux les plus anciens. Affectueux, sociable et joueur, il adore les êtres humains et les enfants. C’est probablement le Husky qui supporte le moins d’être séparé de son propriétaire.

Le Klee Kai d’Alaska

Le Klee Kai est considéré comme une version miniature du grand Husky dans la mesure où il est le résultat du croisement accidentel entre un Husky d’Alaska et un plus petit chien. C’est d’ailleurs pour cette raison que son tempérament reste entièrement celui d’un Husky Sibérien. Il est dominant, très actif, inépuisable et possède un instinct de chasseur très marqué. Mais contrairement au Husky de Sibérie, il se méfie des inconnus.

Le Pomsky

Il est perçu comme une version naine du Husky, car il est le résultat du croisement entre un Husky de Sibérie et un Spitz nain. Il dépasse rarement 10 kg, ce qui en fait un type de plus en plus en vogue. Mais lorsqu’il est question de personnalité, ce petit chien a de quoi donner du fil à retordre à plus d’un propriétaire. De nature hyperactive et impatiente, il peut se montrer têtu, voire capricieux. Il a du mal à écouter et n’en fait qu’à sa tête. Cependant, il rassemble aussi bon nombre des atouts de ses deux parents. Il est par ailleurs très affectueux et toujours de très bonne humeur.

La courbe du poids idéal du Husky

La courbe de poids du Husky que nous nous apprêtons à partager se basera sur le Husky référentiel, à savoir Sibérien.

Lorsqu’il n’est encore qu’un chiot âgé de 3 mois, le Husky pèse entre 6,5 et 9 kg chez la femelle. Le mâle oscille entre 8 et 10,4 kg.
A 6 mois, la femelle peut peser entre 11,9 kg et 16,7 kg tandis que son homologue masculin varie entre 14,7 et 19,4 kg.
A 1 an, la femelle devrait peser entre 15,5 kg et 22,3 kg. Le mâle est attendu peser entre 19,4 et 26,2 kg.
Leur croissance se termine habituellement à 16 mois.

Les maladies courantes chez le Husky

Le Husky est un des animaux canins les plus solides et athlétiques. Habitué à tirer des charges à travers les vastes plateaux gelés et enneigés, son profil ne recule devant rien et possède la santé qui correspond aux tâches qui lui ont souvent été assignées. Simplement, comme tout chien, il peut être sujet à certains troubles dont il hérite davantage de façon génétique comme la dysplasie ou encore l’épilepsie.

La dysplasie de la hanche

Elle désigne un mauvais alignement de l’articulation et de son emboîture. Non seulement la condition peut générer une gêne, elle peut aussi entraîner une boiterie progressive et l’immobilité dans les cas les plus graves. Génétique d’origine, la maladie peut cependant être améliorée grâce à la prise de suppléments ou d’antibiotiques. Elle peut aussi être corrigée grâce à des traitements par cellules souches, de la physiothérapie ou une opération chirurgicale. Sachez que la prise de poids chez le chien peut considérablement aggraver la condition.

La dysplasie folliculaire

Elle décrit une maladie génétique qui implique la perte excessive de poils chez le chien. Cela est dû à un développement anormal du follicule pileux canin. La condition peut générer un problème cutané. Malheureusement, il n’existe pas à ce jour de traitement définitif. Mais il reste possible de réduire les symptômes associés à la maladie.

Les cataractes

La race est particulièrement sujette aux problèmes oculaires. Parmi ces troubles, on trouve la cataracte qui fait référence à l’opacification du cristallin des yeux d’un chien. Lorsque celui-ci se trouble, la condition peut évoluer en cécité. Une étude démontre que la cataracte est plus présente chez les sujets diabétiques. Bien qu’une opération ne s’avère pas toujours possible, il arrive qu’on puisse retirer le cristallin trouble dans le but de redonner la vue à l’animal.

L’atrophie rétinienne progressive

Lorsqu’on parle du syndrome d’atrophie rétinienne progressive, on fait en réalité référence à tout un ensemble de maladies dégénératives impliquant les photorécepteurs de la rétine de l’œil. Le premier symptôme manifeste est la difficulté chez le chien à percevoir les objets et les personnes la nuit. La condition peut conduire à une cécité complète en un an dans certains cas. Et malheureusement, il n’existe pas de remède à ce jour.

L’hypothyroïdie

Elle est le résultat de la sous-production de la glande thyroïde du chien. La glande est notamment responsable de la régulation métabolique de l’animal. La condition peut alors avoir un impact considérable sur sa vue au quotidien. Les signes les plus courants incluent la perte d’appétit, le ralentissement du rythme cardiaque, une tendance à la léthargie généralisée ainsi que la perte de poils sur le crâne. Seul un traitement hormonal de substitution peut ralentir les effets de la maladie, sans l’annihiler pour autant.

L’alimentation chez le Husky

Mentionnez la question de l’alimentation du Husky et la plupart des individus engageront une discussion sur le type d’alimentation le plus approprié. En réalité, que vous optiez pour un régime BARF, RAW ou des croquettes, la diet doit essentiellement être de qualité Premium et équilibrée. Les protéines doivent représenter environ 30 % de la composition générale, contre 20 % pour les matières grasses et 30 % pour les sources glycémiques complexes. Les glucides complexes doivent provenir de légumineuses, de fruits, de légumes et potentiellement de graines, hors maïs et blé.

Quelles croquettes privilégier pour un Husky ?

Si vous faites le choix de croquettes pour Husky, celles-ci doivent contenir des protéines obtenues à partir de viande entière (ou du poisson) . Ces viandes doivent apparaître en premier dans la liste des ingrédients. Vous pouvez inclure des herbes pour la gestion de la digestion ou encore du système immunitaire si seulement elles ne présentent pas de danger. Les meilleures croquettes doivent contenir des prébiotiques et probiotiques pour prendre soin de l’appareil gastro-intestinal. Privilégiez des sources naturelles de vitamines, de suppléments, de minéraux ou encore de conservateurs.

Quels aliments sont à bannir chez le Husky ?

Il est une erreur de penser que parce que le Husky est un animal plus sauvage que le Bouledogue français par exemple, il n’est pas sujet aux intolérances ni même aux allergies. Tous les chiens sont sensibles à certains aliments, bien que certaines races soient plus fragiles que d’autres aux ingrédients à éviter.

  • les produits laitiers : tous les Huskies ne réagissent pas exactement de la même manière face au lactose. Cependant, tous se montrent sujets à des gaz et des selles molles en cas d’ingestion d’une certaine quantité.
  • les os cuits et les aliments frits : très souvent, il s’agit de restes de tables humaines. Gardez pourtant à l’esprit que le chien ne mange pas exactement comme l’humain et que ce qui nous est tolérable de consommer peut être très dangereux pour lui. Tandis que les os cuits peuvent déchirer la paroi gastrique et intestinal, la consommation excessive d’aliments frits peut causer une pancréatite.
  • les aliments de la famille des oignons : Les oignons et notamment l’ail ne peuvent faire partie de la diet du chien, car ils détruisent les cellules sanguines de l’animal, causant dans la plupart des cas une anémie. Les symptômes incluent des vomissements, des difficultés de respiration ainsi qu’une baisse d’énergie considérable.
  • les raisins et les pruneaux : ils peuvent tous deux causer l’insuffisance rénale, ce qui peut être dangereux pour la santé de l’animal dans la mesure où les reins tiennent un rôle d’une importance capitale. En effet, leur première fonction est d’éliminer le sang des déchets qui le composent sous forme d’urine. La léthargie et une forme de dépression peuvent être les premiers symptômes de la condition.
  • les noix de macadamia : tandis que les noix de cajou et les cacahuètes peuvent être données (bien qu’à de rares occasions) sans grands encombres, les noix de macadamia ne sont absolument pas admissibles. Elles peuvent être responsables d’empoisonnement et s’avérer mortelles. Dans les cas les moins graves, elles peuvent engendrer des tremblements musculaires, une hausse de la température corporelle et du rythme cardiaque ainsi que la paralysie de l’arrière-train.

Le Husky chiot

Les chiots sont connus pour être affectueux et adorables avec leur famille. Ils ne sont cependant pas toujours faciles à dresser et se montrent parfois têtus. Étant donné leur sens de l’indépendance et leur soif de curiosité qui les amène à se montrer très actifs, les Huskies chiots ne constituent pas nécessairement la meilleure option pour l’acquisition d’un premier chien. Leur intelligence et leur gentillesse en font malgré tout une merveille pour leur propriétaire.

L’alimentation du chiot

Pendant la période prénatale, le Husky basera l’essentiel de son régime du lait de sa mère. Après son sevrage, vous pourrez introduire des croquettes adaptées aux besoins du chiot. Cette race n’est pas nécessairement très gourmande, faites attention à ce que les rations ne dépassent certaines valeurs-limites pour ne pas exposer le petit chien à des risques de surpoids ou à l’obésité. Sa diet doit être Premium et être composée de viande entière et maigre. Les acides gras essentiels doivent lui permettre d’exploiter l’oméga 3 et 6 utiles à sa construction nerveuse, cérébrale ainsi que l’énergie et pour prendre soin de sa peau et son pelage. Les croquettes pour chiots Husky Sibérien doivent aussi présenter un apport intéressant, un taux vitaminique et minéral élevé. N’oubliez pas que l’eau doit toujours accompagner ses repas. Accordez-lui un accès illimité à un point d’eau.

L’éducation du chiot

Le dressage du chien commence par l’apprentissage de certaines règles simples à suivre et la socialisation. Comme tout chien, le Husky chiot a besoin d’être présenté à d’autres chiens et humains très tôt pour se sentir à l’aise et se comporter correctement avec autrui. Placez-le dans de multiples situations différentes pour lui apprendre certaines règles de vie. Enfin, la socialisation comme le dressage lui-même doivent passer par l’abondance d’exercices et de jeux, car le Husky chiot ne se sent bien qu’en se dépendant. Rien n’est pure pour un Husky de ressentir l’ennui et le surplus d’énergie inexploitable. Accordez-lui au moins 30 à 60 minutes par jour en jeux, exercices et petites courses.

Quelle est la vitesse moyenne d’un Husky ?

La vitesse de course moyenne d’un Husky dépend du type de Husky dont il s’agit. Généralement, les Huskies peuvent courir jusqu’à 30 km/h, mais le Husky d’Alaska peut facilement atteindre 48 km/h sur une journée.

Les vêtements chez le Husky

Un rapide coup d’œil jeté sur le Husky suffit à se rendre compte qu’il s’adapte parfaitement au temps hivernal. Mieux encore que le Berger allemand ou le Labrador, il possède un manteau biologiquement conçu pour le garder bien au chaud. Plus précisément, le Husky est tout à fait apte à tolérer des températures aussi basses que -59 degrés Celsius. Un vêtement n’est donc pas recommandé, notamment afin d’éviter l’inconfort des frottements et les irritations de la peau.

Les accessoires pour un Husky

Le Husky, comme tout autre chien, nécessite quelques accessoires pour son bien-être au quotidien. On pense au grand coussin, à la laisse ou encore à la gamelle.

Le grand coussin

Lorsque le Husky n’est encore qu’un chiot, il est théoriquement possible de lui trouver un panier à sa taille. Cependant, il s’agit d’un chien qui grandit très vite et qui aime l’espace. En dépit des avantages d’un panier pour le sentiment de sécurité, le Husky n’est pas un chien qui recherche la sécurité que le confort lui-même et l’espace. Un coussin bien épais est ainsi préconisé.

Le collier et la laisse

Le Husky chiot peut bénéficier d’un collier en nylon afin de préserver son petit cou. Une fois l’âge adulte, il pourra bénéficier d’un collier plus solide ou tout simplement rester sur une forme de nylon plus épaisse. La laisse d’un chien d’une telle envergure est attendue être d’une longueur d’un peu plus d’1,50 m en ville et 2,50 m en randonnée à la campagne, en montage et tout lieu peu fréquenté.

La gamelle

Tout chien devrait bénéficier d’une gamme dotée d’un dessous de récipient antidérapant pour éviter tout renversement de bol. Les récipients en inox sont également préférés, car ils sont faciles et rapides à nettoyer. Ils ne gardent pas non plus les odeurs.

Le jouet

Il existe deux types de jouets essentiels pour un chien : le jouet solide et le jouet à mâcher. Comme tout chien, le Husky adore mâchouiller le moindre objet qui se trouve sous son museau. Si vous ne souhaitez pas qu’il s’occupe de vos chaussures préférées, pensez à investir dans des jouets à mâcher pour lui faire par ailleurs travailler la dentition. Pour l’inciter à exercer la logique et la patience, penchez-vous sur certains jeux de logique comme les puzzles et autres jeux d’intelligence.

Autres conseils pour bien entretenir son Husky

Certains spécialistes estiment qu’il est mieux pour un chien comme le Husky de bénéficier de la rotation de la source protéinée au fil des saisons. Ils pensent que la nutrition prolongée d’une seule et même source peut mener au développement de certaines allergies. Avant que le système immunitaire du chien ne se retourne contre lui-même, pensez à établir un agenda simple qui corresponde plus au moins aux exigences des saisons. Par exemple, le froid hivernal appelle aux acides gras essentiels de certains poissons comme le hareng tandis que le printemps incite à des viandes plus légères comme la dinde. L’été est une saison qui les épargne de grands besoins en protéines. Une diet mixte à base de saumon, de poulet ou encore de quelques viandes de prairies sont de rigueur. Des protéines légèrement plus lourdes viendront ponctuer l’automne et son temps pluvieux et à nouveau frais.

Autre info sur cette race de chien

Le bien-être de la race passe énormément par l’exercice. S’il ne se dépense pas d’une heure et demie à deux heures par jour, le Husky peut se sentir agité et anxieux. Mais la dose de travail n’est pas le seul critère à prendre en compte. Contrairement à certains autres chiens, il ne recherche pas la facilité, s’abandonnant à la frustration s’il ne réussit pas une tâche. Bien au contraire, il vous sera impératif de l’introduire à de nouveaux jeux régulièrement, qui soient d’un niveau de difficulté conséquent pour stimuler son intellect. Si la race avait une devise, ce serait anima sana in corpore sano (« un esprit sain dans un corp sain »). Le jeu idéal pour un Husky est une activité qui le fait aussi bien travailler sur son corps athlétique que l’encourage à penser.

Notre avis sur le Husky

En raison de leur rare beauté, les Huskies sont souvent achetés, mais pour les mauvaises raisons. De nombreux propriétaires et propriétaires en devenir ne prennent pas suffisamment en compte les particularités de la race. Ils ne saisissent généralement pas la difficulté à prendre soin d’un chien d’une telle envergure, notamment en tant que premier chien. En conséquence, certains d’entre ces Huskies terminent à nouveau au sein d’un refuge ou, pire, tués ou perdus. Si vous comptez faire l’acquisition d’un chien de la race, renseignez-vous à l’avance sur tout ce qu’il y a à savoir de plus précis et de plus essentiel sur la catégorie canine. Interrogez-vous sur votre situation, l’espace, le temps et les finances dont vous disposez avant de vous engager. N’hésitez à échanger avec d’autres propriétaires, des vétérinaires, des éleveurs et travailleurs en refuge. Si vous vous sentez toujours capable de l’accueillir, vous serez sûr de pouvoir lui offrir la vie qu’il mérite.

FAQ

Quelle est la différence entre un Husky et un Malamute ?

Les différences entre les deux que l’on enregistre sont à la fois physiques et comportementales. Sur le plan de l’apparence, le Malamute est plus lourd et plus grand que le Husky. Ses oreilles restent cependant légèrement plus menues. Leurs yeux diffèrent également puisque seul le Husky peut posséder les yeux vairons. Le Malamute, en revanche, aura toujours les yeux marrons. Enfin, la démarche du Husky est rapide et plus légère du Malamute qui se montre plus puissant. Sur le plan comportemental, le Malamute est un animal plus docile et facile à éduquer. Le Husky est, de son côté, plus extraverti et de nature amicale avec tout le monde.

Est-ce que le Husky est un chien de garde ?

Le Husky ne constitue pas un bon chien de garde pour la simple et bonne raison qu’il n’est absolument pas possessif et qu’il se montre amical avec tout le monde. Il s’agit d’un chien incapable d’être agressif ou virulent avec autrui et ne ressent aucune méfiance envers les inconnus.

Est-ce que les Huskies supportent la chaleur ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le Husky ne se contente pas d’être à l’aise par temps hivernal, dans la neige et jusqu’à plus de -40 degrés Celsius, mais aussi par temps chaud. Il supporte bien le soleil, aidé de son manteau qui lui sert d’isolant thermique.

À quelle catégorie le Husky appartient-il ?

Le Husky est un chien de catégorie 0, il n’est ni d’attaque ni de défense. Bien que bon nombre de chiens puisse lever du gibier une fois dans la campagne, le Husky n’est pas un chasseur à l’instar d’un Terrier anglais. C’est un chien purement de travail et de traîneau.

Le husky est-il un chien loup ?

Les origines du Husky remonte à plus de 2 000 ans lorsque la tribu Esquimau de Sibérie du Nord crée la race canine afin de chasser, s’occuper des enfants et tirer les traineaux. Les gênes du chien sont à près de 85 % les mêmes que celles du loup, en faisant l’animal le plus proche du magnifique canidé sauvage.

Que choisir entre un Husky un Berger allemand ?

Le Berger allemand est un animal bien plus facile à gérer qu’un Husky en tant que chien de compagnie. Si les deux sont affectueux, il en convient de noter que le Berger est avant tout un chien de défense et un excellent chien de garde, à l’esprit responsable. Il est introverti, ce qui en fait l’opposé du Husky. Ce dernier est non seulement un chien très amical avec tout le monde, mais aussi très peu méfiant des inconnus. S vous cherchez un chien qui veille sur votre maison, le Husky n’est clairement pas fait pour vous. Il est cependant plus rapide que le Berger et est capable de survivre dans toutes les conditions. C’est également le chien qui résiste aux plus grandes fluctuations thermiques

Photos de Husky Sibérien

portee Husky Sibérien Husky Sibérien neige Husky Sibérien traineau Husky Sibérien jardin portrait Husky Sibérien Husky Sibérien femelle Husky Sibérien enfant Husky Sibérien male marron Husky Sibérien chiot dans herbe meute Husky Sibérien chiots Husky Sibérien

Ne manquez aucun conseil animaux

Conseils-animaux.fr, 2022