Logo Conseils-animaux.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-animaux.fr, 2022

Les aliments à bannir de l’alimentation du Bouledogue français

  1. L'alimentation des animaux domestiques >
  2. Nourriture pour chien >
  3. Nourriture du Bouledogue français >
  4. Aliments interdits du Bouledogue français
aliment interdit bouledogue français

Une chose est sûre, le Bouledogue français adore manger. Il aime tant l’heure du repas qu’il n’hésite pas à fréquemment renverser sa nourriture si son bol ne possède pas de dessous antidérapant. Réputé pour sa corpulence marquée et ses rides autour des globes oculaires, il se fait surtout connaître pour son visage brachycéphale qui fait la réputation de ce grand gourmand. Cette caractéristique si unique cause cependant des problèmes respiratoires d’envergure en raison de ses narines très étroites. Quelle que soit l’activité en cours, le Bouledogue français respire difficilement. Comme si les déboires liés à ses traits structurels ne suffisaient pas, l’alimentation s’en est également mêlée. Outre les vomissements, les gaz répétitifs et les risques d’étouffement durant ses repas, le chien souffre aussi d’intolérances sévères et d’allergies alimentaires. De quoi nous interroger sur les éléments de l’alimentation du Bouledogue français qui lui sont préjudiciables, voire toxiques.

L’importance d’une alimentation optimale pour un Bouledogue français

Tout d’abord, il faut rappeler que le Bouledogue est sensible à une quantité d’éléments, en grande partie dû à un système immunitaire déficient. Sans surprise, la nutrition ne fait pas classe à part. Outre l’immunité, l’estomac du Bouledogue français se montre de petite taille, faible, l’exposant allègrement à l’intolérance et l’allergie alimentaire. L’allergie se produit lorsque l’animal entre en contact avec un ingrédient identifié comme indésirable par son organisme. Son système immunitaire réagira alors de manière excessive, produisant pléthore d’anticorps en réaction à des éléments qu’il aurait dû tolérer. Bien que tous les chiens souffrent un minimum d’intolérances envers les aliments, le Bouledogue révèle une hypersensibilité qui le place parmi les races les plus sensibles, voire la plus allergique.

Une simple réaction allergique peut alors rapidement évoluer et entraîner une condition purement médicale qui aura des conséquences dramatiques sur la santé du chien. Certes, lui fournir une alimentation optimale doit être motivée par la raison basique de l’apport calorique nécessaire à son énergie. Mais cela va sans dire que la motivation est également d’ordre médical. Le nourrir d’une diet équilibrée et adaptée basée sur l’âge et du poids permet au Bouledogue français de se recharger sans avoir à craindre pour sa santé en raison du lactose ou du gluten.

Les aliments dangereux chez le Bouledogue français

Nous pourrions être surpris du nombre incalculable de petites douceurs de notre vie quotidienne qui se révèlent nocives pour nos animaux. C’est une des raisons pour lesquelles il est important de ne pas partager de manière systématique les repas humains avec les animaux. Parmi ces jolis plats de Noël qui ornent nos tables se cache souvent le pire ennemi alimentaire du chien.

Le chocolat

Tristement célèbre pour provoquer des tremblements et des convulsions chez les animaux canins, le chocolat contient une substance appelée théobromine qui s’avère toxique pour le Bouledogue français. Si une infime portion peut provoquer une accélération du rythme cardiaque, une plus grande ration peut aller jusqu’à l’exposer à un danger de mort.

L’oignon, l’ail, la ciboulette et le poireau

C’est avec regret que l’on voit ces verdures si fraîches sur la liste des interdits. En effet, il s’agit d’éléments appartenant à la famille des alliacés, très toxiques pour le chien. Ils sont notamment tenus responsables pour complications gastriques ou encore dommages causés aux globules rouges.

Le xylitol

Le xylitol est un édulcorant que l’on retrouve essentiellement dans les bonbons, mais aussi dans le dentifrice, le bain de bouche, les boissons aux fruits, les confitures, certaines céréales ou encore les suppléments vitaminiques. Selon l’étude de certains chercheurs, il serait même plus dangereux encore que le chocolat. Une infime quantité pourrait plonger l’animal dans une hypoglycémie sévère. Un paquet de bonbon attaquerait tellement le foie que le chien pourrait en mourir en peu de temps.

Les raisins

Il s’agit de toutes les sortes de raisins : raisins secs, raisins sous forme de fruit. Fruits toxiques par excellence, ils peuvent provoquer une insuffisance rénale en cas d’ingestion en grande quantité.

Les noix

Certains vétérinaires font la différence entre les différents types de noix. Pourtant, l’avis des nutritionnistes canins en est tout autre. Aucune noix ne semblerait être de rigueur dans le paysage alimentaire du chien. Outre le risque d’étouffement, elles provoqueraient des diarrhées et un risque de pancréatite canine lorsque consommées en grande quantité.

La noix de coco

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un grand danger, il faut savoir que l’eau ou le lait de coco contient une quantité non négligeable de potassium auquel le chien est sensible. Sa consommation peut nuire au Bouledogue français et notamment perturber son système gastrique.

La pâte levée

Faire goûter une pâte non cuite à un chien est probablement l’un des reflex les plus préjudiciables pour un canidé. Lorsqu’il ingère cette pâte, elle se lève dans son estomac, relâchant de l’éthanol, un alcool extrêmement performant, dans l’organisme du chien. Plus grave encore, sa levée provoque des ballonnements puis une distorsion inévitable de l’estomac qui peut être mortelle quand elle n’est pas traitée à temps.

L’alcool

Siroter un verre d’alcool n’est pas forcément synonyme détente chez le chien. En réalité, il provoque quasi-instantanément de la diarrhée, des tremblements, des vomissements, une perte de coordination psychomotrice, des complications respiratoires, une dépression rapide du système nerveux, voire un coma mortel dans les situations les plus extrêmes. Votre chien se passera bien de l’apéro.

Le café, le thé et toute boisson à base de caféine

Les boissons contenant de la caféine sont nocives pour le chien, car elles comprennent des alcaloïdes de méthylxanthine, au même titre que le chocolat. C’est en toute logique que les symptômes et réactions face à cette substance soit la même qu’en cas d’ingestion de chocolat, notamment noir.

Les aliments fortement déconseillés chez le Bouledogue français

Certains composants ne sont pas forcément de facto toxiques, mais soupçonnés de l’être ou simplement dangereux en grande quantité. Attention également à leur recours à long-terme. C’est le cas de la farine de viande qui ne provoquera pas nécessairement de réaction sur le moment, mais qui n’en est pas moins mauvais pour la santé.

Les sous-produits

Les appellations vagues comme « sous-produits de viande » ou « farine de viande »sont des ingrédients et des familles d’ingrédients à éviter absolument. Il s’agit généralement d’abats de piètre qualité comme le cerveau, le pied, les plumes, le sabot ou encore la rate d’un animal parfois malade, mort sur la route ou euthanasié. Certaines marques n’hésitent pas à s’emparer de viande d’animaux avariée provenant de restaurants ou d’épiceries. Non seulement ces composants sont de qualité nutritionnelle discutable, mais elles s’avèrent aussi néfastes pour la santé. On pensera notamment aux graisses de viandes fondues qui contiennent de la Salmonelle et d’autres dérivés toxiques.

Les conservateurs chimiques

L’exemple plus répandu aujourd’hui est le cas du BHA et BHT. Différents instituts de santé ont récemment mis en garde contre ces deux conservateurs qui seraient cancérigènes. L’éthoxyquine est également soupçonnée d’être responsable d’insuffisance rénale, de déficiences immunitaires et du développement de certains cancers, suite à la mise en évidence de cas récents.

Les colorants

La couleur de l’alimentation n’a que peu d’importance pour le chien. Sachez que le canidé ne porte d’importance qu’à l’arôme d’un aliment. Seulement, certains fabricants continuent d’inclure des colorants chimiques dans les sacs de croquettes, de surcroît préjudiciables pour la santé de votre chien. Par prudence, évitez essentiellement le bleu, le jaune et le rouge. Bien que les colorants n’aient pas encore fait l’objet de recherches toxicologiques approfondies, certains chercheurs les associeraient aux allergies et certaines tumeurs.

Le propylène glycol

Il s’agit d’une substance chimique légèrement visqueuse qui a pour action d’apporter une touche sucrée à un contenu. Ironiquement, il faut savoir que le Bouledogue est également intolérant à l’excès de sel. On retrouve le propylène notamment dans les friandises canines. Bien que propylène soit accepté dans la nourriture humaine, il n’est pas certain qu’il le soit chez le chien étant donné qu’il ne l’est pas chez le chat. Encore une fois, la prudence est de rigueur.

L’excès de riz et de maïs

Les deux occurrences, notamment dans le cas du maïs, ont pour habitude d’être utilisés en tant que « charges » peu nutritives dans la diet. Le problème est qu’il s’agit d’éléments très caloriques, étant riches en glucides, ce qui peut entraîner un excès pondéral. De plus, il est dit qu’ils encourageraient les ballonnements, les gaz incontrôlés et la diarrhée.

L’avocat

Le statut de l’avocat est un peu particulier, car il ne constitue pas un aliment toxique d’origine. Ce n’est qu’en cas de surconsommation qui le devient. En effet, il contient une toxine fongicide nommée persine qui est extrêmement toxique pour les chevaux, les oiseaux ou encore le bétail. Elle reste toutefois inoffensive tant qu’elle reste en quantité limitée chez le chien. Lorsque la dose maximale est dépassée, elle provoque vomissements et diarrhée. Le pronostic vital n’est cependant pas en jeu.

La vieille nourriture

Si faire les fonds de placard vous tente, essayez de perdre cette habitude. Les bactéries contenues dans la nourriture avariée peuvent nuire à l’organisme de votre chien. Ne lui gardez que des aliments frais et de haute facture et de marque reconnue, même si cela requiert un certain budget. Si les ingrédients périmés ne sont pas bons pour l’homme, il n’y a aucune raison à ce qu’ils soient tolérables pour un animal.

Les aliments à limiter chez le Bouledogue français

Ils seront ceux qui sont directement liés avec les allergies alimentaires plus que le phénomène de l’intoxication alimentaire. À ce titre, le Bouledogue français rejoint le Boxer, le Berger Allemand, le Collie ou encore le Cocker Spaniel dans l’ultrasensibilité aux ingrédients les plus courants qui vont suivre.

Le boeuf

Ironiquement, il s’agit de l’une des meilleures viandes pour le canidé tant sur le plan nutritif que sur le plan qu’énergique. Elle regorge d’acides aminés et de vitamines, d’où sa présence dans la plupart des diets canines. Cependant, une consommation trop régulière de la viande peut développer chez le chien une intolérance sévère au bœuf. De plus, toutes les viandes de bœuf ne se valent pas. Leur tarif en est l’indication. Afin d’éviter tout risque, veillez à alterner entre deux ou trois viandes différentes chaque semaine.

Le poulet

Comme le bœuf, le poulet contient une quantité louable de protéines nutritionnelles. Mais lorsqu’il est consommé en grand nombre, le système immunitaire du Bouledogue français peut recevoir une information erronée et concevoir le poulet comme une menace à l’organisme. Les principaux symptômes sont le changement de couleur de la peau, les démangeaisons ou encore les éruptions cutanées.

Les produits laitiers

Comme certains autres chiens, le Bouledogue peut être allergique ou intolérant au lactose présent dans le lait. La majorité des chiots, durant leurs mois de croissance, consomme le lactose du lait de leur mère. Pourtant, il semblerait qu’ils y deviennent allergiques après leur transition à la nourriture industrielle. L’allergie se manifeste généralement par des éruptions cutanées, des diarrhées, des vomissements ou des réactions gastro-intestinales. L’allergie au lactose reste malgré tout plus grave que l’intolérance.

Les oeufs

Le principal responsable des réactions immunitaires excessives à l’œuf est le jaune (et sa protéine). Ce sont notamment les œufs crus qui restent à éviter. Chez certains chiens, la réaction est telle que même la trace d’œuf contenue dans un plat industriel peut provoquer une réaction. Auquel cas, la meilleure alternative est de contourner tout aliment qui en contient.

Le soja

Il s’agit d’une sorte de haricot qui présente l’avantage de contenir bon nombre de protéines essentielles au chien. Cependant, sa source protéinée est souvent mal reçue par l’organisme et son rejet peut provoquer des réactions allergiques classiques doublées du dysfonctionnement du système reproducteur et des maladies du foie.

Le blé

Comme certains légumes secs, le blé constitue l’un des aliments les plus controversés. Difficile, à ce jour, de savoir si ou non le blé est un aliment dangereux tant les réactions divergent. Les glucides en sont les principaux composants. Toutefois, il semblerait que ce soit les protéines qui la composent, dont les réserves de gluténines, gliadines, globulines ou encore albumines qui seraient responsables d’une réaction incontrôlée du système immunitaire à son égard. Il faut cependant distinguer la maladie cœliaque qui en est l’intolérance au gluten de blé et l’allergie au blé.

Déceler une mauvaise réaction alimentaire

En fonction de l’aliment en question ou encore des quantités ingérées, la réaction du chien ne sera pas la même. Dans certains cas, il pourra démontrer une baisse d’énergie temporaire, plus ou moins longue, révélatrice de la très mauvaise assimilation d’un composant. Mais dans certains, même une infime peut causer des problèmes plus graves et mener à l’intoxication à proprement parlé. Les symptômes peuvent inclure :

  • une baisse d’appétit
  • des démangeaisons
  • la perte de poils
  • des réactions inflammatoires cutanées
  • des vomissements
  • de la diarrhée
  • des réactions cardiaques
  • des signes de déshydratation
  • une léthargie latente

Dans les cas les plus extrêmes, le Bouledogue peut souffrir de troubles d’ordre neurologique comme :

  • des tremblements répétés
  • un manque de coordination psychomotrice
  • des convulsions

Notre avis sur les aliments interdits au Bouledogue français

Si vous percevez une respiration sifflante, une toux ou des éternuements qui n’ont pas lieu d’être, penchez-vous sur son hygiène alimentaire. Il est possible que vous le nourrissiez d’un ingrédient auquel il ne réagit pas correctement. En connaissance de leur estomac délicat, le Bouledogue français doit éviter le plus possible certains aliments auxquels il est ouvertement intolérant ou allergique. On pense au chocolat, au sel, au café ou au thé. Si toutefois il venait à ingérer une substance indésirable, faites immédiatement appel aux conseils de votre vétérinaire. Vous pouvez en parallèle lui donner du charbon actif, si seulement il vient tout juste de consommer l’aliment. Le charbon actif doit pouvoir entrer en contact avec l’aliment en question afin de réduire les toxines présentes dans la circulation du sang. À plus long terme, sachez que l’on traite aussi l’allergie alimentaire chez le chien par la phytothérapie (thérapie à base de plante).

FAQ

Quelle est la meilleure alimentation pour un Bouledogue français ?

Quel que soit le type d’alimentation que vous choisissez, son régime idéal doit toujours être sain et équilibré. Les ingrédients doivent être Premium parce que le Bouledogue français est une race en proie à de nombreuses complications de santé qu’il faut prendre en compte dans la structuration des repas. La moindre négligence, qu’il s’agisse des composants ou des doses, peut entraîner l’apparition de maladies plus ou moins sévères. Enfin, la répartition idéale consiste en 25 % de protéines environ, 12 % de matières grasses, de 5 à 7 g de fibres brutes alimentaires et 1 % de calcium comme de phosphore.

Quelle viande pour bouledogue français ?

Les Bouledogues français affectionnent particulièrement le bœuf, le poulet, l’agneau et le poisson. Ces viandes doivent nécessairement être haut de gamme. Cependant, étant donné qu’il est sujet au surpoids et l’obésité, le poisson restera une alternative de choix au menu du chien, notamment le saumon.

Quel fruit peut-on donner à un Bouledogue français ?

La pomme constitue le meilleur fruit pour le Bouledogue en raison de sa richesse en vitamine C. Rappelons que la vitamine C est essentiellement utilisé ici pour la réparation des tissus. La pomme est par ailleurs une excellente source de pectine qui contribue à l’action du système digestif. La banane, en dépit de ses bienfaits, est légèrement trop calorique pour servir d’encas régulier. Sa consommation ne doit ainsi pas excéder un demi-fruit tous les trois jours.

Partager ce contenu

Ne manquez aucun conseil animaux

Conseils-animaux.fr, 2022