Logo Conseils-animaux.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-animaux.fr, 2021

Tout savoir sur l'alimentation des animaux de compagnie

alimentation

Les animaux ont besoin d’une subsistance saine, mais aussi équilibrée pour assurer leur croissance, leur bonne santé et bien sûr leur immunité. L’alimentation est un paramètre indispensable pour leur survie. Ainsi, il existe une grande variété d’aliments adaptée à chaque espèce afin d’assurer son immunité et sa bonne croissance. Si nourrir certains êtres vivants ne demande pas de grands efforts, cela nécessite de prendre certaines précautions.
De la même manière que les chiens et les chats, les NAC, l’alimentation des poissons est assez complexe. Ils ont besoin d’une attention particulière et des besoins alimentaires spécifiques.
Voici tout ce que vous devez savoir pour une alimentation de qualité et ajusté pour votre animal de compagnie.

 

L’alimentation pour le chien

Bien nourrir votre ami canin peut très vite relever du casse-tête. Son alimentation doit comprendre, dans des proportions qui seront déterminées par plusieurs facteurs qui lui sont relatifs, des protéines, des lipides et des glucides.

Les protéines assurent le développement des muscles et le maintien d’une bonne activité physique ainsi que d’un pelage brillant. Elles sont aussi nécessaires pour la production et la libération d’énergie. Les lipides interviennent également dans le maintien du pelage et renforcent le système immunitaire de votre ami à quatre pattes. Ils lui permettront de rester fort et dynamique. Quant aux glucides, ils favorisent son transit et restent indispensables au bon fonctionnement de son organisme. Contrairement à ce que vous pourriez penser, il est inutile de chercher à nourrir votre fidèle compagnon comme un loup sous prétexte qu’il est carnivore. Il l’est en effet, mais domestiqué et n’étant plus à l’étape primitive, il serait erroné de lui donner à manger comme si c’était le cas. Il a appris, et ce, depuis des milliers d’années, à digérer l’amidon (contenu dans les pâtes, le riz, etc.) et l’a intégré depuis comme une part entière de ce qui doit être son nourrissement.

Retenez aussi que ce que votre boule de poils doit consommer est déterminé par plusieurs facteurs ou caractéristiques propres à lui et à son état. Ainsi, la nourriture lui étant destinée doit être adaptée à son âge, sa race, son statut (stérilisé ou pas), son activité, son état de santé et ses préférences (aspect à ne pas négliger). Il existe des aliments adaptés à tout type de chien : nourritures sèches ou humides, gourmandises occasionnelles, compléments alimentairesetc. Vous devez bien connaître le vôtre et lui donner ce dont il a besoin. Les repas du chien sont généralement classés en deux grandes catégories : la nourriture ménagère et celle industrielle.

Les mets ménagers (c’est-à-dire faits maison) ont pour avantage l’utilisation d’ingrédients frais et peuvent s’avérer très intéressants si vous arrivez à préparer des repassains et équilibrés tous les jours. Les mets industriels quant à eux restent les plus plébiscités, présentant l’avantage de ne nécessiter aucun temps de préparation. Il en existe avec deux niveaux de qualité : standard ou premium et sous deux différentes formes : humide (pâtées souvent en boîtes) ou sèche (croquettes). Les aliments standards,beaucoup plus gras et moins digestibles, se retrouvent sur toutes les grandes surfaces. Par contre, ceux premium, disponibles dans les circuits spécialisés, chez les zootechniciens et de très bonne qualité, sont complets, équilibrés et faciles à digérer.

Pour satisfaire les besoins de votre boule de poils, la ration de produits « premium » doit être plus faible que celle des produits « standard ». Les vétérinaires restent totalement confiants par rapport à la vertu des aliments premium qu’ils distribuent, pendant qu’ils trouvent ceux distribués hors circuits vétérinaires plutôt douteux. Il est à noter que les pâtées sont très appréciées de nos amis canins, mais favorisent l’apparition de tartres alors que les croquettes, grâce aux frottements sur les dents pendant la mastication, les préviennent.

Les friandises (os à mâcher, sticks, biscuits, lamelles, snacks naturels, gâteaux, etc.) vont non seulement stimuler leurs papilles, mais seront aussi pour vous un moyen gourmand de les récompenser. Les vitamines et les nutriments contenus dans les suppléments alimentaires viendront renforcer leur santé ou les accompagner pendant une maladie.

Les spécificités pour le chiot

Un chiot a besoin de beaucoup plus de protéines et de graisses qu’un chien adulte. Le calcium et le phosphore doivent être présents en quantités adéquates pour favoriser la constitution de son squelette tout en évitant les troubles de croissance. Il est primordial d’avoir un bon zootechnicien qui suit votre animal et d’appliquer rigoureusement ses conseils pour alimenter ce dernier. Si vous le nourrissez de denrées « premium », il est inutile et même dangereux de joindre à son alimentation des compléments en vitamines ou sels minéraux.

  • De son sevrage jusqu’à l’âge de deux ou trois mois, donnez-lui quatre à cinq repas par jour.
  • Entre trois et six mois, passez à trois plats par jour.
  • Après six mois vous pouvez passer à deux plats quotidiens.

Si vous l’avez stérélisé entre six et huit mois, vous serez dans la nécessité de passer à une alimentation junior stérilisée. Elle est constituée de denrées spécialement adaptées à son cas, jusqu’à la fin de sa croissance.

Assurer le passage au chien adulte

La transition du chiot vers une subsistance pour adulte a lieu à des âges différents selon la race. Demandez conseil à son vétérinaire. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’elle doit se faire de façon progressive (sur une semaine par exemple) pour éviter les troubles digestifs. Vous remplacerez petit à petit, au cours de la semaine, le contenu de son assiette afin de lui laisser le temps qu’il faut pour s’habituer à son nouveau régime. En fonction de son activité et de sa taille, il aura plus ou moins besoin d’énergie qu’un autre. Vous retrouverez sur l’emballage des croquettes, des indications qui vous serviront de base pour déterminer sa ration que vous pourrez ensuite ajuster selon son appétit et son embonpoint. Si vous décidez de le stériliser, il vous faudra passer à des produits spécifiques pour chiens stérilisés.

Les changements pour le chien sénior

Généralement à partir de huit ans (mais toujours selon la race), votre compagnon à quatre pattes est âgé et il faut encore ajuster ses repas, toujours en respectant la période de transition. S’il est malade, il vous faudra, sur conseil de son vétérinaire, utiliser des denrées de type « thérapeutique » : elles permettent de traiter un certain nombre de maladies seules ou en association avec d’autres médicaments. Toutefois, celles de la gamme « physiologique » feront l’affaire. Elles sont moins riches en sel(pour le cœur), contiennent moins de protéines et plus d’antioxydants. Elles sont aussi moins caloriques et enrichies en éléments qui vont protéger son cartilage.

Par ailleurs, en ce qui concerne la sustentation de votre ami carnivore, elle doit être faite à des heures fixes (généralement entre 7 et 22 heures). Ne lui servez pas ses repas chauds. Nettoyez aussi ses gamelles de façon régulière et laissez-lui toujours de l’eau.

L’alimentation pour le chat

Il n’est pas exagéré de dire que le chat est très exigeant par rapport à ce qu’il ingère. La nutrition des chats va compter pour beaucoup dans leurs comportements, sinon les déterminer. Ainsi, quand il ne trouve pas une alimentation à sa convenance, il peut très vite développer des troubles comportementaux. Ne croyez surtout pas qu’il ne s’agit que de quantité. Il a besoin d’une alimentation équilibrée. Si vous ne lui donnez pas des collations de qualité, il sera très vulnérable aux maladies.

Pour le chaton

Les besoins nutritionnels du chaton sont plus importants que ceux qu’il a pendant le reste de sa vie car il va acquérir, durant ses quatre premiers mois seulement, 75 % de son poids adulte. Un élément clé de son développement est la teneur en protéines de ses collations. Ce sont ces nutriments qui vont renforcer sa musculatureses os, puis assurer le renouvellement des tissus, ainsi que leur croissance. Le lait de sa mère est normalement suffisantjusqu’à six semaines, mais vous pouvez lui donner de petites quantités de croquettes dès la quatrième semaine. Il s’agira de sa période de transition et de sevrage, il est donc normal qu’il les trouve un peu sèches. Il vous faudra les humidifier afin de les ramollir pour lui faciliter la tâche.

Vous pourrez aussi lui donner, pour l’y habituer progressivement, de petites quantités de viande ou de poisson (des morceaux de poulet ou de thon par exemple). Cependant, il digérera les croquettes (de préférence aux protéines)très aisément, surtout si les protéines sont d’origine animale. Vous pourriez avoir envie de lui donner du lait, mais évitez celui de vache qui n’est en réalité pas du tout bon pour son espèce. Priorisez l’eau et faites en sorte qu’il en ait toujours à disposition. Vous devez lui donner à manger du premium. Il existe de la pitance spécialement conçue pour les chatons, qui lui apportera tout ce dont il a besoin comme éléments nutritifs jusqu’à l’âge d’un an. Il s’agit par exemple de protéines, de phosphore, de calcium(pour développer ses os et ses articulations)d’oligo-éléments, de minéraux, de vitamines et d’acides gras essentiels.

Pour éviter qu’il devienne difficile, il faudra l’habituer à manger différents aliments au cours de ses six premiers mois. Vous aurez la liberté d’éduquer son palais pendant cette période parce que c’est la seule pendant laquelle il est susceptible d’apprendre, de retenir quelque chose. Il goûtera donc volontiers de tout.

Pour les chats adultes

Puisqu’il possède un estomac petit et fragile, retenez que le chat adulte a besoin de faire de nombreux petits repas (entre 10 et 16) au cours de la journée. Si vous commettez l’erreur de lui donner moins qu’il n’en faut, par exemple deux ou trois repas journaliers comme à votre bulldog par exemple, vous risquez de le stresser. Instinctivement, il se nourrira avec excès lors de son repas en attendant le prochain au cours duquel il se gavera encore pour prévenir la pénurie. À la longue, il surchargera son estomac trop petit, de plus de nourriture qu’il n’en faut en une seule prise. Il doit se sentir à l’aise du point de vue digestif. Laissez-lui des croquettes à volonté pour commencer.

Si vous avez peur qu’il se goinfre et finisse obèse, ne vous inquiétez pas, il existe sur le marché des distributeurs de nourriture. Ces derniers lui permettront de se servir lui-même lorsqu’il a envie de manger. Vous pouvez lui faire confiance, son organisme a de bonnes capacités de régulation. En termes d’équilibre, il a besoin d’à peu près 40 à 50 grammes de nourriture par kilo de poids corporel. En règle générale et idéalement, une ration adéquate pour lui est composée de 50 % de viande bouillie ou de poisson, de 20 % de céréales, de 20 % de légumes verts cuits et de 10 % de compléments vitaminés et d’huiles.

Un peu comme avec les chiens, vous aurez le choix entre les mets maison ou industriels. De la même manière, si vous ne disposez pas du temps et des connaissances nécessaires pour lui préparer à manger de façon équilibrée et continue, le meilleur choix reste l’industriel de qualité premium. Les pâtées seront très pratiques pour lui donner un médicament ou pour l’hydrater au cas où il ne boirait pas assez d’eau. Elles vous seront aussi très utiles si votre matou est âgé et éprouve des difficultés pour mâcher. Souvenez-vous que comme en toute chose, il ne faut pas virer dans l’abus. Les plats humains ne lui conviennent pas, il vous faudra donc éviter de lui en donner les restes.

S’il y a des choses que vous devez absolument éviter de mettre dans son assiette, ce sont les sucreries et surtout le chocolat, plus précisément le noir qui peut s’avérer mortel pour lui. Cette interdiction est aussi valable pour le chien. En cas d’ingestion de chocolat par votre animal de compagnie, courez tout droit en consultation ! N’hésitez surtout pas à faire appel à un vétérinaire pour vous conseiller sur ce que votre félin mange. C’est un spécialiste qui, par la même occasion, se fera un plaisir de vous fournir des produits de très bonne qualité, et ce, à des prix raisonnables pour constituer ses rations.

Les croquettes

Comme nous le disions plus haut, ce que votre boule de poils doit consommer est déterminé par plusieurs facteurs ou caractéristiques propres à lui et à son état. Ainsi, la nourriture lui étant destinée doit être adaptée à son âge, sa race, son statut (stérélisé ou pas), son activité, son état de santé et, aspect à ne pas négliger du tout, ses préférences. Il existe des aliments adaptés à tout type de chien : nourritures sèches ou humides, gourmandises occasionnelles, compléments alimentaires, etc., vous devez bien connaître le vôtre et lui donner ce dont il a besoin.

Rappelons qu’on identifie généralement deux catégories de mets : la nourriture ménagère et celle industrielle. Les mets ménagers (c’est-à-dire faits maison) ont pour avantage l’utilisation d’ingrédients frais et peuvent s’avérer très intéressants si vous arrivez à préparer des repas sains et équilibrés tous les jours, avouez que ça sonne un peu compliqué quand même.

Les mets industriels quant à eux restent les plus plébiscités, présentant l’avantage de ne nécessiter aucun temps de préparation. Il en existe avec deux différents niveaux de qualité : standard ou premium et sous deux différentes formes : humide (pâtées souvent en boîtes) ou sèche (croquettes). Les aliments standard, beaucoup plus gras mais moins digestibles, se retrouvent sur toutes les grandes surfaces. Par contre, ceux premium, disponibles dans les circuits spécialisés, chez les zootechniciens et de très bonne qualité, sont complets, équilibrés et digestibles.

Pour satisfaire les besoins de votre boule de poils, vous avez besoin de plus faibles rations de produits « premium » que « standard ». Les vétérinaires restent totalement confiants par rapport à la vertu des aliments premium qu’ils distribuent, pendant qu’ils trouvent ceux distribués hors circuits vétérinaires plutôt douteux. Les friandises (os à mâcher, sticks, biscuits, lamelles, snacks naturels, gâteaux, etc.) vont non seulement stimuler leurs papilles, mais seront aussi pour vous un moyen gourmand de les récompenser. Les vitamines et les nutriments contenus dans les suppléments alimentaires viendront renforcer sa santé ou l’accompagner pendant une maladie.

Il serait trop peu de dire que le chat est très exigeant par rapport à ce qu’il ingère. Sa nutrition va compter pour beaucoup dans son comportement, sinon le déterminer. Ainsi, quand il ne trouve pas une alimentation à sa convenance, il peut très vite développer des troubles du comportement. Ne croyez surtout pas qu’il ne s’agit que de quantité, loin de là car autant que le gardien de la maison, il a besoin d’une alimentation équilibrée. Si vous ne lui donnez pas des collations de qualité, il sera très vulnérable aux maladies, ce que vous ne voulez surtout pas, n’est-ce pas ? Il est à noter que les pâtées sont très appréciées de nos protégés canins mais favorisent l’apparition de tartres pendant que les croquettes, grâce aux frottements sur les dents pendant la mastication, les préviennent.

Les abonnements de croquettes (pour les deux carnivores domestiques) vous permettent non seulement de faire des économies en termes de budget mais aussi de vous mettre à l’abri, vous et votre fidèle protégé, des oublis en termes de réapprovisionnement qui peuvent s’avérer fâcheux autant pour vous que pour lui. Il existe plusieurs prestataires qui proposent des offres d’abonnement assez intéressantes.

Vous serez en mesure de vous faire livrer

votre commande périodiquement et de cadencer vos livraisons selon la périodicité que vous désirez. Il y a un choix très large parmi les produits proposés, selon le prestataire il sera plus ou moins varié : croquettes, friandises, produits d’hygiène, etc. Les services de livraison sont assez flexibles, avec très souvent des remises, des promotions et sont résiliables à tout moment. Les abonnements de croquettes sont de plus en plus répandus et pour cause, ils facilitent énormément la vie aux propriétaires de félins qui, comme vous, se soucient du bien-être de leurs compagnons.

Bien nourrir son rat

L’alimentation du rat dépend essentiellement de son environnement, de la saison ainsi que de son besoin alimentaire. De nature omnivore, le rat est un animal qui mange un peu de tout. Il est de ce fait important de lui proposer des repas variés et surtout équilibrés. En effet, des menus non variés peuvent entraîner un manque d’appétit chez ce mammifère. Par conséquent, il pourrait être victime de carence alimentaire grave. Il est donc recommandé de nourrir votre animal avec des aliments destinés spécifiquement aux rats.

De plus, il serait convenable de privilégier les mets écrasés ou sous forme compressée tels que les bouchons compacts. Ces derniers ont la propriété de fournir tous les éléments nutritifs indispensables pour la bonne santé de cet animal de compagnie. Pour varier les bouchons, il est conseillé de les compléter avec un peu de foin. Ce complément favorise une bonne digestion intestinale du rat.

En outre, il est également possible d’opter pour les aliments suivants.

  • Les légumes : elles peuvent être données sous forme épluchée ou crue. Toutefois, la pomme de terre crue est vivement déconseillée.
  • Les fruits frais : ils renferment un grand pourcentage d’eau et constituent un apport indispensable à la santé du rat. Il faut souligner qu’en ce qui concerne les rats mâles, tous les produits fruitiers sont recommandés à l’exception des agrumes.
  • La viande : les restes de table sont largement suffisants.
  • Les œufs durs : ils sont très riches en protéines et particulièrement conseillés aux femelles en période de gestation.
  • Les yaourts : les substances contenues dans le yaourt favorisent la restauration des cellules intestinales du rat.
  • Les céréales et les graines.

Dans le même temps, il existe des friandises parfaitement adaptées qui permettront à votre animal à quatre pattes de se régaler. Il s’agit par exemple des bonbons de saveurs variées, des raviolis ou encore des barres de céréales. Outre cela, les rats se nourrissent également de pop-corn et de gâteaux. Tous ces aliments sucrés et gras doivent cependant être donnés avec une certaine restriction. L’idéal serait de ne pas provoquer un déséquilibre dans son régime alimentaire. Par ailleurs, le chocolat est vivement déconseillé, car il peut entraîner une dépendance chez le rat, voire la mort.

Adapter l’alimentation du rat en fonction de l’âge et de ses conditions physiologiques

L’estomac du rat étant très petit, il faut faire attention à ne pas provoquer une suralimentation. Cet excès peut être la cause de diarrhées ou d’obésité qui pourrait réduire considérablement son espérance de vie. Les besoins en nutriments de ce quadrupède varient en fonction de ses conditions physiologiques et de son âge. Un rat adulte n’aura besoin que d’un petit apport en nutriments contrairement à un jeune rat en pleine croissance.

Il est alors nécessaire de tenir compte du poids de l’animal afin de lui apporter le taux d’aliments convenables. Un rat ayant 100 g comme masse corporelle consomme environ 5 g de nourriture par jour. Pour un rat de 500 g, il est approprié de donner environ 25 g de nourriture par jour. Les aliments frais non consommés durant les 24 heures ne doivent pas être mélangés aux nouveaux. Il faudra donc systématiquement remplacer ces derniers chaque jour.

La nourriture du lapin

L’alimentation de base du lapin repose sur le foin et les herbes. Très riches en fibres, ces aliments favorisent le bon fonctionnement de son système digestif. Il faut aussi souligner que le foin doit être de bonne qualité. Il doit donc être de couleur verte-jaune et non poussiéreux. Aussi, il doit être disponible à tout moment pour votre animal de compagnie, et ce, durant toute la journée.

Il permet non seulement de l’occuper, mais aussi de renforcer ses dents. Il faut néanmoins veiller à ce que le pâturin ne se souille pas en entrant en contact avec le sol. Pour cela, il serait bien de le placer dans un hamac disposé dans la cage. Les spécialistes en soins vétérinaires déconseillent par ailleurs la paille aux lapins et à d’autres animaux de la même espèce.

En dehors de cela, l’eau est également un élément primordial pour la bonne santé de votre animal de maison. En général, ce mammifère consomme entre 100 et 350 ml d’eau par jour. Il est de ce fait important de vous assurer de la bonne hygiène de l’eau ainsi que de sa fraîcheur.

Dans cette optique, les biberons demeurent l’un des outils les plus adéquats. En plus d’être facile à nettoyer, ils évitent à votre compagnon à poils de plonger le menton dans l’eau en essayant de boire dans un quelconque bocal. De cette manière, vous lui réduisez les risques de contracter les problèmes cutanés comme la gale.

Mis à part ces aliments de base, vous pouvez également donner à votre petit rongeur, les aliments suivants.

  • Des légumes verts : vous pouvez privilégier le basilic, les feuilles de céleri, le chou, le cresson, le brocoli et d’autres aliments d’origine végétale. Les carottes sont particulièrement peu recommandées en raison de leur forte teneur en sucre.
  • Des fruits : ils doivent être donnés de façon occasionnelle et en quantité réduite.
  • Des granulés : ils ne doivent pas constituer l’alimentation de base de votre lapin. De plus, ils doivent en manger de bonne qualité.

D’autre part, il faut noter que cet être vivant aime ronger. Pour ce faire, vous devez lui procurer les meilleures branches provenant des arbres fruitiers comme le pommier. Cependant, veillez à ce que ces végétaux ne soient pas issus de traitement chimique.

Les friandises quant à eux sont peu adaptées au régime alimentaire du lapin nain. Elles sont trop graisseuses et riches en sucre, ce qui augmente les risques de troubles digestifs. Les croquettes en céréales sont quant à elles favorables pour les lapins nains, car elles participent à leur usure dentaire.

Dans certains contextes, les compléments alimentaires comme les vitamines peuvent être nécessaires pour maintenir la bonne santé de votre compagnon. Toutefois, le plus important c’est de veiller à lui donner une alimentation riche et équilibrée. Pour vous procurer de la nourriture spécifiquement pour lapin sur le marché, vous pouvez opter pour le Versele laga lapin. Ce produit alimentaire renferme tous les ingrédients nécessaires à la croissance de votre boule de poils.

Quels produits utiliser pour nourrir des poissons ?

Les aliments d’un poisson dépendent de son milieu de vie. Les poissons de petite taille qui vivent dans les aquariums, comme les poissons rouges, l’ancistrus, le guppy, le combattant et toutes les espèces de cichlidés ou les poissons tropicaux, se nourrissent la plupart du temps de granulés ou de flocons. C’est aussi le cas des crevettes d’aquarium. La marque Tetra propose des produits adaptés aux poissons d’ornement qui vivent au fond de l’aquarium à des prix plus que raisonnables. Ils peuvent aussi manger un aliment fait maison comme des mélanges de plantes et d’insectes.

La carpe ou tout autre poisson d’eau douce élevée dans les bassins sont de bonnes sources de protéines. Ils sont très férus d’algues planctoniques. C’est un aliment de qualité pour ce genre de poisson. En cas d’absence ou de vacances, il est nécessaire de donner quelques conseils à la personne qui en prendra soin.Il faut se souvenir d’un élément essentiel : bien nourrir un poisson de petite taille n’est pas exagéré. Il faut l’alimenter deux ou trois fois par jour en leur donnant de petites quantités d’aliments.

Pour le bien-être des poissons, il faut aussi penser à la filtration de votre aquarium, pour ne pas changer l’eau trop fréquemment. Il faut savoir que pour bien élever un poisson, l’alimentation n’est pas le seul critère à prendre en compte. Il faut aussi penser à ajuster la température de l’eau de l’aquarium ou du bassin d’ardin.

Les besoins nutritifs des animaux

Pour un bon développement, les animaux ont grandement besoin de sels minéraux, d’eau ainsi que de se nourrir de matière organique. Il faut noter que cette matière organique peut provenir d’autres êtres vivants (végétaux, animaux ou micro-organismes). La source de ces nutriments diffère bien évidemment selon l’espèce: herbivore, carnivore ou omnivore.

Le dioxygène est également un élément primordial, car il leur permet de produire l’énergie indispensable à leurs différentes activités. Il faut remarquer que les cellules des animaux ont spécifiquement besoin d’apport en glucose ainsi qu’en substance minérale. Ces différents éléments sont transportés vers toutes ces cellules grâce au système circulatoire. L’énergie produite grâce à ce processus permet le bon fonctionnement des organes et des muscles.

En résumé, la nutrition chez les animaux englobe plusieurs éléments importants et occupe une place primordiale dans leur bon développement. Chacun de ces animaux présente des besoins variés et propres en matière d’alimentation. Vous devez donc miser sur une ration alimentaire saine et équilibrée se basant sur les besoins de chaque espèce ou race. Il est également conseillé de faire régulièrement un bilan de santé pour votre compagnon domestique.

Ne manquez aucun conseil animaux

Conseils-animaux.fr, 2021