manage_search

La leucose du chat

  1. Les soins >
  2. Soin du chat >
  3. Maladies du chat >
  4. Leucose du chat
Leucose du chat

En France environ 5 à 10 % des chats sont porteurs du virus responsable de la leucose féline. Cette maladie qui affecte le système immunitaire de l’animal est grave. Cependant, tant que le virus reste en sommeil, la leucose n’empêchera pas votre petit compagnon de vivre, même en très bonne santé, comme ses autres congénères sains. Ainsi, dans le meilleur des cas, le chat peut rester asymptomatique durant des années, voire toute sa vie. Vous souhaitez en savoir plus sur la leucose féline ? On fait le point pour vous…

Qu’est-ce-que la leucose du chat ?

La leucose féline est une grave maladie infectieuse virale causée par le Feline Leukemia Virus (FeLV), un rétrovirus de la même famille que celui responsable du Sida du chat (FIV) ou du Sida humain (HIV).
La leucose féline touche donc exclusivement les chats mais également d’autres félidés tels que le tigre, le lynx, le lion…
Contrairement au sida du chat, la leucose féline peut être prévenue par un vaccin. Cette prévention sur laquelle on reviendra par la suite est indispensable car il n’existe aucun traitement pour guérir la leucose.

En quoi consiste la leucose des chats ?

La leucose féline présente des similitudes avec le sida du chat car elle affecte de la même manière le système immunitaire du chat.
La différence réside dans le fait que le virus n’est pas le même et qu’il ne s’agit pas d’une maladie auto-immune. La leucose fragilise le système immunitaire mais n’est pas considérée comme une pathologie chronique, telle le FIV, capable de générer des anticorps contre les propres cellules du chat.

Les effets secondaires de la leucose féline

Le chat atteint par cette maladie incurable est donc porteur du virus à vie. Lorsque la maladie se développe, le système immunitaire du chat est attaqué entraînant une immunodéficience et un affaiblissement des anticorps rendant l’animal très vulnérable à toutes les infections.
Il devient sujet aux maladies opportunistes qui profitent de l’affaiblissement de l’animal pour se développer.

Les maladies opportunistes engendrées

Les principales pathologies développées par les chats séropositifs sont le typhus, le coryza, les gingivites et les cancers.
Les infections pour la plupart du temps d’ordre respiratoire peuvent aussi se porter sur la peau, les oreilles, les yeux, l’appareil urinaire ou le sang (leucémie). À cela s’ajoute bien souvent une anémie consécutive aux infections contractées.

Comment les chats attrapent-t-ils la leucose ? La contamination

Le virus leucomogène félin est extrêmement contagieux. Il se transmet de différentes manières :

  • Par les morsures lors de bagarres
  • Par léchage
  • Par contact avec les larmes, l’urine, les selles
  • Par le partage de gamelle ou de litière
  • Lors de la gestation (contagion intra-utérine) ou à la naissance (une mère séropositive peut transmettre le FeLV à ses chatons.
  • Par l’allaitement maternel (via le lait d’une chatte FeLV)

Un virus fragile

Comme c’est le cas pour le FIV, le virus de la leucose résiste mal à l’air extérieur. Il faut donc des contacts répétés avec un animal infecté pour que la contamination ait lieu.
Si vous croisez un chat contaminé chez votre vétérinaire, le risque que votre chat attrape la maladie est nul, tant qu’il n’y pas de contact.
De même, un chat peut être porteur du FeLV et le transmettre à ses congénères sans jamais présenter lui-même les symptômes de la maladie.

Que se passe-t-il après une contamination au FeLV ?

Après avoir été contaminé, un chat peut réagir de différentes manières, en fonction de la force de l’attaque virale et de la réponse immunitaire de l’animal :

L’infection abortive

Le chat élimine immédiatement le virus. Ce dernier s’insinue dans le corps puis disparaît rapidement, victime de la réponse immunitaire très puissante de l’animal.
De même, l’attaque virale peut s’avérer insuffisante, trop faible pour contaminer durablement le chat. L’animal ne sera pas malade et encore moins contagieux.
Le virus n’est détectable par aucune technique. Parfois une infime quantité de charge virale perdure dans son organisme sans constituer de réel danger.

L’infection régressive

Le chat reste porteur quelque temps et finit par se débarrasser définitivement du virus. Après son attaque, il se développe dans le sang, dans la moelle osseuse et dans la salive. Le processus d’infection se produit environ dans les 3 semaines après la contagion.
Dans ce cas de figure aussi, le système immunitaire du chat parvient à éradiquer le FeLV. Durant la phase régressive, tous les tests antigéniques et la RT-PCR sont négatifs.
Le chat ne présente aucun symptômes et n’est pas contagieux. Néanmoins, il est important de souligner que l’infection reste en sommeil et peut tout-à-fait se réveiller plusieurs mois voire plusieurs années après la contamination.

L’infection progressive

Le petit félin garde le virus en lui et en sera porteur à vie. La charge virale était trop importante ou l’animal pas en capacité suffisante de lutter. La phase progressive peut se développer dans les 5 ans suivant l’infection. Le FeLV se multiplie dans les ganglions, la moelle osseuse et se propage dans le système sanguin du chat sans que son système immunitaire puisse le stopper.
Tous les tests antigéniques et PCRs sont positifs. Le chat devient contagieux et le restera toute sa vie avant de déclarer un jour une maladie opportuniste et d’en mourir faute de pouvoir la combattre. Environ 30 % des chats ayant été en contact avec le FeLV sont dans ce cas de figure.

Le cas particulier de l’infection focale

Dans quelques cas très rares, le virus de la leucose se développe dans une zone particulière du corps créant un foyer infectieux localisé. Le FeLV peut par exemple se loger dans les yeux, les mamelles, la vessie etc. Dans ce cas le virus n’est donc pas détectable dans le sang ou la moelle osseuse.

L’espérance de vie d’un chat contaminé par la leucose féline

On ne peut pas déterminer précisément l’espérance de vie d’un chat atteint par le FeLV. Pour prolonger sa vie, il faut absolument éviter tout risque de contamination avec des parasites ou bactéries susceptibles de générer une maladie opportuniste.

La leucose n’est pas une zoonose

La leucose n’est pas transmissible à l’homme ni aux autres espèces dont les chiens. Seules les populations félines sont concernées.

Les causes

Le virus leucomogène félin (FeLV) présent dans la salive, les larmes, l’urine et les excréments se transmet uniquement par contact avec des chats contaminés.

Les causes de contagion sont nombreuses et notamment par contacts directs (morsures) ou contacts amicaux et répétés lors des léchages, partages de gamelles, de litière, de panière etc.

Fort heureusement le FeLV est peu résistant à l’air et aux désinfectants classiques.
Dans les structures collectives et les cabinets vétérinaires toutes les précautions sont généralement prises pour pallier tout risque de contagion.

Les signes qui ne trompent pas

Les symptômes de la leucose sont nombreux car le virus peut affecter plusieurs organes. Une vigilance au quotidien et un test vétérinaire viendront confirmer ou infirmer vos doutes.

Les signes cliniques les plus caractéristiques

En observant votre chat, quelques signes cliniques, souvent extrêmement variés, doivent vous alerter :

  • La fièvre
  • Une léthargie, le chat semble abattu
  • De l’anémie, une baisse anormale du taux d’hémoglobine dans le sang
  • La perte d’appétit, perte de poids, anorexie
  • Des troubles respiratoires : tachypnée, détresse respiratoire (épanchement pleural)
  • Des troubles nerveux comme la myélopathie cervicale dégénérative entraînant le rétrécissement du canal cervical.
  • Des troubles cardio-vasculaires : muqueuses pâles, tachycardie, souffle cardiaque
  • Des troubles oculaires tels que l’uvéite (inflammation des tissus intra-oculaires), l’anisocorie (pupilles inégales)
  • Des troubles digestifs : vomissements, stomatite, ictère, diarrhée aigüe ou chronique.

Après l’infection, dans le cadre d’une infection progressive, le chat passe par une première phase, l’incubation, durant laquelle il ne développe aucun symptôme et semble en très bonne santé. Le temps de l’incubation peut durer au moins 2 ans avant que la maladie n’apparaisse et se développe. La 2ème phase est l’apparition de la maladie.

Il est important de souligner que certains chats contaminés seront porteurs du virus toute leur vie sans jamais montrer le moindre symptôme ni développer la maladie.
Néanmoins l’animal reste bel et bien contagieux pour ses congénères. C’est la raison pour laquelle, une détection le plus tôt possible est essentielle.

Le test clinique par un vétérinaire

La détection du FeLV est réalisée en cabinet vétérinaire par un test rapide (test Elisa). Le même test est effectué pour la recherche du virus du Sida félin (FIV). Dans le cas de la recherche du FeLV, la recherche porte sur les antigènes, dans le cas du FIV c’est sur les anticorps.

Les traitements possibles

Aucun traitement ne permet de guérir la leucose. Il sera donc malheureusement impossible d’éradiquer le virus. On peut néanmoins traiter les symptômes des maladies développées par les chats séropositifs au moyen d’anti-viraux ou d’antibiotiques. Vous pouvez également booster les défenses immunitaires de votre petit félin et le soulager lorsqu’il est confronté à certaines affections. Renforcer son système immunitaire aide aussi à prolonger son espérance de vie.

Une alimentation adaptée et de qualité

Un régime alimentaire adapté et de bonne qualité participe à soutenir l’immunité du chat et à l’aider à lutter le mieux possible contre diverses agressions pathogènes.

Le choix de la nourriture passe par des aliments riches en vitamines, minéraux et antioxydants. Évitez la viande crue susceptible de contenir des bactéries et parasites, vecteurs de maladies. Complétez les repas de votre chat en donnant à l’animal des comprimés de vitamine C ou riches en zinc. Certains compléments spécifiques à base de plantes et d’actifs naturels donnent également de bons résultats pour repousser autant que possible les agressions virales, parasitaires ou bactériennes.

Pour renforcer naturellement l’immunité de votre chat, vous pouvez également miser sur des compléments probiotiques. Il s’agit de micro-organismes vivants, plus simplement « de bonnes bactéries » qui vont jouer un rôle clé dans plusieurs fonctions de l’organisme dont l’immunité.

Un traitement anti-parasitaire

Un traitement antiparasitaire aide aussi à limiter l’apparition de maladies apportées par les puces ou tiques.

Une vigilance et une surveillance vétérinaire accrues

Si la leucose de votre chat est déclarée, un point avec votre vétérinaire régulier est indispensable pour surveiller le niveau de globules blancs de l’animal. Un taux anormalement bas révèle une très forte sensibilité aux attaques extérieures.

La prévention

Si la leucose ne se guérit, elle peut cependant être évitée.

La vaccination

La seule mesure efficace réside dans la vaccination. Dans un contexte à haut risque, c’est-à-dire si le chat sort beaucoup et se trouve régulièrement en contact avec d’autres chats, le vaccin reste le seul moyen efficace de le préserver.

Le vaccin contre la leucose est généralement proposé en même temps que les autres vaccins (typhus, coryza, rage). La primo-vaccination est possible dès l’âge de 8 semaines. Elle sera suivie d’un rappel avec 2ème injection 4 semaines plus tard puis d’une 3ème 4 semaines après. Le vaccin peut être réalisé à tout âge et n’entraîne aucun effets secondaires. Pensez ensuite à le renouveler tous les ans pour maintenir une protection optimale.

L’hygiène

La plupart des désinfectants classiques permettent d’éliminer le FeLV. Pensez à toujours désinfecter les couvertures, la gamelle, la litière etc. de votre chat.

La stérilisation

La stérilisation évite le vagabondage des chats en période de chaleur et les bagarres qui s’en suivent. Un chat castré sera moins tenté de se battre avec ses congénères. Par ailleurs, une chatte ovariectomisée ne subira plus les morsures du mâle au moment de l’accouplement.

En cas de soute, le dépistage !

Les visites régulières et les tests chez le vétérinaire participent à poser un diagnostic qui décèlera l’apparition de la maladie. Suite à un test positif ou dès les premiers signes de la maladie (avant qu’elle ne se développe), un traitement antiviral aide à faire baisser la charge virale et à éviter la progression de la leucose. Si vous recueillez un chat adulte qui n’a jamais été protégé, il est vivement recommandé de procéder à un dépistage chez le vétérinaire, à plus forte raison si d’autres chats sont présents dans votre foyer. La vaccination, quel que soit l’âge de l’animal s’impose comme la seule façon de le protéger lui et ses congénères.

Votre chat s’est trouvé en contact avec un chat potentiellement infecté ? Demandez un dépistage au minimum 30 jours après la supposée contamination. Ce délai est nécessaire pour garantir la fiabilité du test.

Leucose et sida du chat : quelles différences ?

Le FIV (Virus d’Immunodéficience Féline) et le FeLV (virus leucémogène félin) ne sont pas des maladies mais deux virus bien distincts.

Leucose féline(FeLV)
Sida du chat (FIV)
Nature de la maladie : de quoi parle-t-on ?
La leucose féline est causée par le virus leucémogène félin (FeLV)
L’infection au FeLV rend le chat vulnérable aux infections opportunistes
Le Sida du chat est causé par le virus de l’immunodéficience féline (FIV)
L’infection au FIV rend le chat vulnérable aux infections opportunistes.
Les principaux symptômes
Perte d’appétit, pelage terne, apathie, fièvre, ganglions gonflés, problèmes respiratoires, digestifs, cutanés ou oculaires, présence de ganglions
Perte d’appétit, pelage terne, apathie, fièvre, ganglions gonflés, problèmes respiratoires, digestifs, cutanés ou oculaires, présence de ganglions
Le mode de contamination
Le virus est présent dans la salive, les larmes, l’urine, les selles. La contamination se produit par voie oro-nasale, par morsure, griffure ou contacts répétés avec un animal malade (partage de gamelle, de couverture etc.). Un chaton peut aussi être contaminé lors de la gestation ou de l’allaitement si sa mère est porteuse du virus.
Le virus se transmets par le sang, la salive, le lait et les sécrétions génitales. La contamination se fait lors de morsures, pendant la gestation ou à l’occasion de l’allaitement. Pas de contamination possible par simple contact avec un animal malade.
Au moment de l’infection
Un chat infecté par la leucose peut se débarrasser du virus dès la contamination.
Un chat infecté par le FIV le restera toute sa vie
Le traitement
Pas de traitement. Apports de compléments alimentaires pour booster l’immunité
Pas de traitement. Apports de compléments alimentaires pour booster l’immunité
La prévention
Il existe un vaccin contre le FeLV. La vaccination est indispensable et possible à tout âge.
+ stérilisation
Il n’existe pas de vaccin contre le FIV . La prévention consiste à stériliser l’animal et à protéger un chat malade des maladies opportunistes.

Notre avis sur la leucose du chat

La leucose féline est une maladie virale qui ne fera que passer dans la vie de certains chats, à condition qu’ils soient capables de s’en débarrasser lors de la contamination. En revanche, d’autres petits félins auront moins de chance et traineront ce fardeau tout leur vie. L’issue de la leucose d’un chat contaminé, comme celle du sida félin qui est une pathologie similaire, entraîne en quelques mois ou quelques années une issue mortelle causée par une maladie opportuniste. La prévention par la vaccination reste le seul moyen d’éviter la leucose. Aimer son animal c’est aussi le protéger contre le FeLV, quel que soit son âge. Cette pathologie ne peut être évitée qu’à ce prix.

FAQ

Est-ce qu’un chat peut vivre avec la leucose ?

Si votre chat a contracté la leucose, ne paniquez pas. Votre animal peut vivre de longues années sans manifester aucun signe de la maladie si le virus reste en sommeil. Veillez à le préserver de tous risques pathogènes en procédant régulièrement à des traitements parasitaires et en boostant son système immunitaire. Des visites vétérinaires régulières permettront de surveiller son taux de globules blancs et d’adapter un traitement en conséquence.

Est-ce que la leucose se soigne ?

Hélas, la leucose en elle-même ne se soigne pas. Un chat atteint par le FeLV garde en lui le virus toute sa vie. Seules les pathologies opportunistes peuvent être soulagées en fonction de leur nature.

Doit-on vacciner un chat qui vit en appartement ?

Oui, la prudence veut qu’un chat vivant en intérieur soit vacciné. Néanmoins l’animal court moins de risques d’être confronté au FeLV s’il ne sort pas. Mais peut-être aurez-vous l’occasion de voyager avec lui un jour ou l’autre ? Le vaccin contre la leucose peut être réalisé en même temps que les autre vaccins félins. Il ne présente aucun effet secondaire. Profitez-en pour protéger au maximum votre animal.

Partager ce contenu

Conseils-animaux.fr, 2024