manage_search

La dysplasie de la hanche chez le berger allemand

  1. Les soins >
  2. Soins du chien >
  3. Maladies du chien >
  4. Dysplasie de la hanche chez le chien >
  5. Dysplasie de la hanche du berger allemand
Dysplasie de la hanche du berger allemand

La dysplasie de la hanche ou dysplasie coxo-fémorale est une affection orthopédique multifactorielle, souvent à transmission héréditaire. Elle peut toucher toutes les races de chien. Néanmoins, elle est particulièrement observée chez les races lourdes avec une forte charpente et chez les chiens de taille moyenne à grande. Depuis l’année 2009, la Société centrale canine (SCC) enregistre dans sa base de données l’ensemble des résultats de la dysplasie de la hanche. D’après ses statistiques, parmi 231 races suivies, la race la plus dépistée est celle du berger allemand. Ainsi, entre 2011 et 2020, 12 802 chiens ont été dépistés.

Qu’est-ce que la dysplasie de la hanche ?

Il s’agit d’un défaut de maturation du cotyle qui empêche que la tête du fémur s’y insère correctement.

La hanche du chien

Cette partie du corps permet de connecter le membre postérieur au bassin. On trouve, d’une part, une excavation du bassin (le cotyle), et d’autre part la partie haute de l’os de la cuisse (la tête fémorale).
Le cotyle et la tête fémorale doivent parfaitement s’ajuster pour assurer une excellente stabilité.

La dysplasie de la hanche, une maladie du squelette

Cette maladie du squelette entraîne une malformation progressive de la hanche qui provoque une instabilité ou une laxité de l’articulation de la hanche. Le chien n’est pas atteint à sa naissance, car cette affection n’est pas congénitale. Elle apparaît pendant sa croissance, soit suivant la race entre 3 et 18 mois.

En raison de la laxité articulaire, la tête fémorale se subluxe progressivement et appuie trop fortement sur la partie dorso-latérale de la cavité cotyloïde. Cette instabilité articulaire provoque une usure anormale du cartilage. Petit à petit, elle entraîne la formation d’excroissances osseuses et de tissus cicatriciels. Ces troubles favorisent le développement d’une arthrose secondaire.

Il existe 5 degrés dans la dysplasie :

  • aucun signe de dysplasie (classe A) ;
  • état des hanches quasi normal (classe B) ;
  • légère dysplasie (classe C) ;
  • dysplasie moyenne (classe D) ;
  • dysplasie grave (classe E).

Bon à savoir : il existe également la dysplasie du coude chez les chiens de grande race (golden retriever, labrador…). C’est une anomalie de développement, souvent bilatérale, qui peut provoquer des boiteries.

Pourquoi le berger allemand est-il disposé à avoir une dysplasie de la hanche ?

Comme tous les chiens de grande taille, le berger allemand peut présenter des prédispositions génétiques de cette maladie. De plus, les conditions environnementales sont également des facteurs de risque qu’il développe cette maladie.

Causes génétiques

Cette affection est une maladie héréditaire qui est liée à de nombreux gènes. Dans les années 2000, l’essor de la génétique moléculaire canine avait laissé espérer qu’il serait relativement facile d’identifier les allèles de prédisposition à la dysplasie de la hanche. Mais les résultats n’ont pas permis de valider les loci de prédisposition.
De plus, les animaux porteurs de la dysplasie n’expriment pas toujours la présence de la maladie, ce qui empêche de l’éradiquer en pratiquant une stricte sélection génétique.

Causes environnementales

Si cette affection est majoritairement génétique, d’autres facteurs peuvent intervenir. L’élevage du chien joue un rôle essentiel dans le développement de cette maladie. Ainsi, une croissance trop rapide et une activité physique trop intense sont des facteurs favorisant l’évolution de la dysplasie.
Il en est de même en cas d’obésité due à une alimentation trop riche. N’oubliez pas que tous les chiens atteints d’une dysplasie doivent rester minces.

Quels sont les symptômes et le protocole de dépistage d’une dysplasie de la hanche chez le berger allemand ?

Certains signes doivent vous inciter à consulter un vétérinaire pour qu’il puisse rapidement dépister une éventuelle dysplasie de la hanche chez votre chien.

Les symptômes

Ils sont nombreux et diffèrent selon l’âge du berger allemand. Ainsi, vous pouvez remarquer certains signes qui doivent vous alerter :

  • il se fatigue vite et marche plus lentement lorsque vous faites des promenades ;
  • il manque de concentration pendant des séances d’entraînement ou de jeux ;
  • il se lèche ou se mord à certains endroits de son corps ;
  • il manifeste moins d’envie pour sortir ou pour jouer ;
  • il montre une certaine irritabilité ;
  • il a un appétit qui varie ;
  • il peine à gravir une pente ;
  • il a des difficultés pour se lever, particulièrement le matin ;
  • il a tendance à déplacer ses deux pattes postérieures en même temps, lorsqu’il court ;
  • il présente une asymétrie de la position assise.

Enfin, chez le chien âgé, on note une perte musculaire de l’arrière-train et une saillance des os des hanches.

Les protocoles de dépistage

Le dépistage de la dysplasie de la hanche chez le chien peut se faire selon deux protocoles qui nécessitent une légère sédation, voire une anesthésie complète :

la méthode de palpation

Il s’agit d’évaluer quelle est la laxité de l’articulation de la hanche. Le vétérinaire va procéder à la réalisation du signe d’Ortolani en mobilisant la hanche du chien pour apprécier sa stabilité. L’animal est installé en décubitus latéral, le fémur étant en position horizontale.

Si la réintégration de la tête fémorale au fond du cotyle s’accompagne de la perception d’un ressaut et d’un bruit très caractéristique, le signe d’Ortolani est positif. Cela signifie qu’il y a bien une laxité articulaire, mais ce n’est pas forcément le signe prédictif de l’apparition d’une dysplasie de la hanche à l’âge adulte. D’autres examens doivent être pratiqués, dont la radiographie.

Les radiographies de la hanche

Pour établir un diagnostic certain, le vétérinaire effectue une radiographie à partir de 12 à 18 mois chez les chiens de grande race. Toutefois, si le chiot présente des symptômes, il est conseillé de faire cet examen dès l’âge de 4 mois. La radiographie permet de détecter de manière précoce le risque qu’il développe une dysplasie, donc d’intervenir le plus tôt possible.

Les traitements pour la dysplasie de la hanche

Il existe différents types de traitement et des possibilités d’opération chirurgicale.

Les traitements naturels

Vous pouvez donner des compléments alimentaires qui sont facilement assimilables et qui contiennent en général :

  • du silicium organique qui intervient dans plusieurs processus métaboliques et s’avère très efficace ;
  • de l’harpagophytum qui agit en tant qu’anti-inflammatoire et soulage les douleurs ;
  • de l’acide hyaluronique et de la glycosaminoglycane, deux éléments qui sont naturellement présents dans le liquide synovial de l’articulation et qui améliorent sa flexibilité, donc la mobilité.

Les huiles de poisson à forte teneur en Oméga 3 sont également recommandées. Enfin, la physiothérapie et l’hydrothérapie donnent souvent de bons résultats.

Les traitements médicamenteux

Des anti-inflammatoires et des antalgiques permettent de soulager la douleur chez le chien atteint de dysplasie. L’administration de chondroprotecteurs participe au ralentissement de l’avancée de l’arthrose.

Les traitements chirurgicaux

La symphysiodèse pubienne juvénile (SPJ)

Cette chirurgie, peu invasive, se pratique sur des chiots de 3 à 5 mois présentant une hyperlaxité coxo-fémorale dépistée. Les deux hanches sont traitées en une seule intervention. L’objectif de cette opération est de provoquer une fusion prématurée de la symphyse pubienne par électrocautérisation. Dans les 4 à 6 mois qui suivent l’opération, la marche en laisse est possible. Les efforts sont déconseillés jusqu’à ce que le chien utilise sa hanche sans aucune douleur.

La double ostéotomie du bassin (DOB)

C’est une technique chirurgicale qui permet de corriger une anomalie de l’articulation de la hanche chez des chiens de 8 à 10 mois. Le chirurgien crée deux coupes du bassin dans l’os ilium et le pubis, ce qui permet de changer l’orientation de la cavité articulaire.
Puis il termine l’intervention en posant une plaque pour réparer ces fractures provoquées. C’est une opération qui est assez lourde, mais avec un taux de complications inférieur à celui de la triple ostéotomie du bassin (TOB). Celle-ci nécessite trois fractures (os ilium, ischium et pubis).

L’ostéotomie de la tête fémorale

Cette intervention participe au soulagement de la douleur provoquée par une dysplasie sévère de la hanche. Elle présente l’avantage de pouvoir être pratiquée, quel que soit l’âge du chien. Elle est cependant réservée aux chiens dont le poids ne dépasse pas 30 kg.

La prothèse totale de la hanche

C’est une technique qui consiste à remplacer l’articulation de la hanche (tête fémorale et cavité articulaire) par des implants synthétiques. Elle convient aux chiens qui ne peuvent pas bénéficier de la SPJ ou de la DOB/TOB. Le taux de réussite de cette intervention est élevé.

La dénervation partielle de la hanche

Cette technique palliative offre l’avantage de redonner un confort clinique à l’animal. Elle consiste à retirer le nerf qui est la source de la douleur ressentie, ce qui permet d’éviter l’usage prolongé d’un traitement à base d’anti-inflammatoires et d’antalgiques.
On peut associer l’injection de billes d’or à proximité de la capsule articulaire, ce qui a pour effet d’orienter le système immunitaire de préférence sur ces billes plutôt que sur l’articulation de la hanche du chien.

Prix des traitements

Les traitements comme les compléments alimentaires, les antalgiques et les anti-inflammatoires représentent une dépense de quelques dizaines d’euros par mois. En revanche, les frais d’une opération telle que la SPJ, la DOB, la TOB, la prothèse de hanche…, peuvent s’élever à plusieurs milliers d’euros.

Si vous avez souscrit une assurance santé pour votre berger allemand, vous pourrez bénéficier d’une prise en charge et d’un remboursement qui s’échelonne, selon la formule choisie, entre 60 % et 90 % avec un plafond allant de 1 000 € à 2 500 €.

Quels sont les moyens de prévention pour éviter la dysplasie de la hanche ?

Il est impossible d’être certain qu’un berger allemand ne sera pas atteint de cette affection. Cependant, l’achat d’un chiot dans un élevage réputé et des soins de qualité peuvent prévenir son développement.

Chez le chiot

En premier lieu, sélectionnez l’élevage où vous ferez l’acquisition de votre berger allemand. Les éleveurs qui se sont spécialisés dans cette race font systématiquement des dépistages parmi les chiens reproducteurs, ce qui aide à réduire le risque de dysplasie de la hanche chez les chiots.
Veillez à ce que votre chiot ne dépasse pas la courbe de poids qui correspond à son âge en lui donnant une ration de croquettes qui répond à ses besoins alimentaires.

Chez le chien adulte

Nourrissez votre berger allemand à heures régulières, en lui préparant un seul repas en fin de journée ou un repas léger le matin et un plus copieux le soir. Respectez un bon équilibre entre les protéines, le phosphore, le calcium… dans ses rations. Ne lui donnez aucun aliment entre les repas et veillez à ce qu’il conserve un poids stable.
En effet, l’obésité et les exercices physiques trop intenses sont deux facteurs qui peuvent déclencher une dysplasie de la hanche.

Notre avis sur la dysplasie de la hanche chez le berger allemand

Si vous souhaitez acquérir un berger allemand, n’hésitez pas uniquement par peur de l’apparition de cette maladie chez votre animal.
D’une part, la multiplication des dépistages a eu pour effet de limiter la dysplasie de la hanche chez les reproducteurs.
D’autre part, il ne faut pas oublier qu’un chien porteur du gène défectueux peut ne montrer aucun signe de la maladie à l’âge adulte, s’il a été élevé dans de bonnes conditions.
Aussi, en suivant nos conseils, votre compagnon à quatre pattes peut vivre très longtemps en pleine santé, sans rencontrer deproblèmes.

FAQ

Comment marche un chien avec une dysplasie ?

Chez le chiot, on peut remarquer une démarche chaloupée avec un dandinement de l’arrière-train. Lorsque l’animal est adulte, il présente une raideur lorsqu’il se lève, surtout le matin et une tendance à boiter. Il éprouve parfois des difficultés pour monter ou descendre un escalier. On observe une mauvaise coordination des membres postérieurs.

Comment s’assoit un chien qui est atteint d’une dysplasie ?

Pour éviter de souffrir, un chien dysplasique s’assoit souvent en ne pliant qu’une seule patte arrière, l’autre restant droite. Il peut aussi se positionner « en spirale » en tournant les hanches pour soulager la pression sur ses articulations.

Comment savoir si mon berger allemand est atteint d’une dysplasie ?

Si vous observez certains symptômes chez votre chien, il est fortement conseillé d’en parler à votre vétérinaire. Ce n’est qu’après un examen clinique et, si nécessaire, la prise de clichés radiographiques, que celui-ci pourra poser un diagnostic.

Comment éviter la dysplasie chez le berger allemand ?

Une bonne alimentation équilibrée, un poids stable, des promenades régulières sans exercices trop intenses sont les meilleurs moyens d’éviter de voir apparaître les symptômes d’une dysplasie chez un chien porteur des facteurs génétiques de prédisposition.

Est-il possible de faire confirmer un berger allemand atteint d’une dysplasie ?

Non, cela n’est pas possible, car la dysplasie est un vice rédhibitoire.

Partager ce contenu

Conseils-animaux.fr, 2024