manage_search

L'arthrose du chien et euthanasie : le guide

  1. Les soins >
  2. Soins du chien >
  3. Arthrose du chien >
  4. Arthrose du chien et euthanasie
Arthrose du chien et euthanasie

Chaque année, vous êtes nombreux à ne plus pouvoir supporter de voir votre chien se tordre de douleur en raison de ses problèmes articulaires. L’arthrose du chien est une affection qui peut avoir un impact dramatique sur sa qualité de vie lorsqu’elle n’est pas soignée ou mal gérée. C’est souvent à ce moment précis que l’idée de lui dire adieu vous traverse l’esprit afin de raccourcir ses souffrances même si vous serez celui qui en souffrira par la suite. L’euthanasie n’est pourtant pas toujours la seule solution qu’il reste à votre canidé. Et, certaines méthodes 100 % naturelles sauront sans aucun doute nourrir votre espoir que son confort s’améliore.

L’arthrose chez le chien : définition

L’arthrose est une maladie qui touche essentiellement les sujets âgés ou les chiens ayant subi un accident ou atteints d’une pathologie osseuse. Dans le cas de la vieillesse, nous parlerons d’arthrose primaire ou idiopathique. Dans le cas suivant, nous parlerons d’arthrose secondaire.

Lorsqu’il est question d’arthrite primaire, l’inflammation est due à la dégradation progressive des cartilages qui ne protègent plus l’os lors de son contact avec d’autres os. Dans les autres cas, il s’agit de la déformation osseuse ou cartilagineuse qui peut être subie suite à un choc ou de naissance. Une mauvaise prise en charge de l’affection peut rapidement la transformer en arthrite.

Les causes de l’arthrose

Les raisons qui se dissimulent derrière l’apparition de l’arthrose sont souvent multiples et diverses :

  • le vieillissement
  • une anormalité structurelle de l’os (dysplasie du coude, de la hanche ou des genoux)
  • une anormalité structurelle de l’os et son cartilage (carence en calcium)
  • des blessures passées
  • le surpoids
  • des antécédents orthopédiques chirurgicaux

Les symptômes de l’arthrose chez le chien

Chaque animal est unique. Mais lorsqu’il s’agit de l’état arthritique, on retrouve des signes très courants :

  • difficulté à se mouvoir au réveil
  • des articulations enflées
  • des articulations et des pattes rigides
  • des changements d’humeur
  • des douleurs lorsqu’il bouge ou durant les sorties
  • refus d’être massé ou touché sur l’articulation touchée

Pourquoi certains propriétaires de chien atteint d’arthrose pensent à l’euthanasie de leur chien ?

Aucun propriétaire ne supporte de voir son chien souffrir. Dans certains cas avancés, le canidé arthritique ne peut presque plus bouger tant ses articulations deviennent douloureuses. Si vous avez essayé aussi bien les anti-inflammatoires stéroïdiens que les anti-douleurs et les massages thérapeutiques, l’homéopathie et les compléments alimentaires sans que la maladie ralentisse, il est possible que vous pensiez à soulager votre chien en lui offrant un peu de repos, de sérénité et de dignité à travers l’euthanasie. Car, oui, penser à l’euthanasie est pour bon nombre de maîtres de chien un acte fait par amour.

À quel moment euthanasier son chien atteint d’arthrose ?

Il est toutefois essentiel de réfléchir à multiples reprises avant de prendre toute décision. Il vous faudra notamment prendre le temps de vous interroger sur quelques points :

  • est-il encore possible qu’il profite de la vie d’une manière ou d’une autre ?
  • avez-vous vraiment tout essayé ?
  • est-il encore capable de se réjouir d’activités ludiques, amusantes et trépidantes ?
  • aime-t-il encore la vie ?
  • est-il encore capable de bouger ?
  • est-il touché par une maladie incurable comme le cancer ?

En fonction de vos réponses, il peut apparaître normal d’y songer. Il en convient de préciser qu’il s’agira d’une solution qui s’appliquera souvent davantage à un chien arthritique qu’arthrosique.

Comment se déroule l’euthanasie ?

Il s’agit d’une procédure médicale parfaitement encadrée et réalisée par des vétérinaires professionnels qui prennent à cœur le respect et l’amour des animaux. Le chien est tout d’abord placé sur une table d’opération. Un sédatif lui est donné dans la mesure où l’agitation pourrait compliquer l’opération. Il reçoit ensuite une anesthésie en surdose pour qu’il puisse s’endormir paisiblement et sans douleurs.

Le vétérinaire vérifiera les battements de son cœur une dizaine de minutes plus tard. Si son cœur s’est bien arrêté, cela signifie qu’il est décédé en bonne et due forme. Vous bénéficierez d’un temps pour vous recueillir avant qu’il soit inhumé ou enterré conformément aux lois en vigueur.

Le prix de l’euthanasie

L’euthanasie est procédure qui n’est pas gratuite. Elle peut même représenter un certain coût en fonction de l’âge et du gabarit du chien. Il faudra compter entre 30 et 130 € pour une opération, à laquelle il faudra ajouter le coût de la crémation, à savoir entre 50 et 300 €.
Certaines mutuelles pour animaux proposent des modèles de formules qui se chargent des frais liés à l’euthanasie et à la crémation.

Les solutions pour soulager l’arthrose

Si vous n’êtes pas certain d’avoir tout tenté, c’est qu’il est encore temps pour vous de vous renseigner au sujet de toutes les solutions possibles d’allonger son espérance de vie et d’améliorer son quotidien. Parmi ces solutions, on trouve la médicamentation stéroïdienne ou non, les thérapies douces comme l’acupuncture, les massages ou encore l’hydrothérapie. Mais on pense également à la supplémentation alimentaire ainsi qu’à l’aromathérapie. En dernier ressort, on évoquera le tout nouveau traitement disponible : les anti-NGF.

Les médicaments

Selon l’état de santé du chien et la progression de l’affection, vous ne donnerez pas le même type de médicaments à votre chien. Dans les premiers temps, vous pourrez essayer le paracétamol et les solutions non stéroïdiennes qui sont en vente libre en pharmacie et magasins spécialisés.

Si cela ne suffit pas, votre vétérinaire prescrira dans la foulée des médicaments qui contiennent de la cortisone pour éteindre les douleurs et les inflammations. Les doses seront précisées en fonction de la taille, du poids et du stade de la maladie. Et, des analyses sanguines devront être menées tous les 6 mois en guise de vérification.

Les thérapies douces

Tout bon diagnostic complet vous portera également vers les services d’un physiothérapeute et des médecines douces, à moins que le chien présente une contre-indication spécifique à certaines d’entre elles.

  • l’acupuncture : attention, son efficacité est cumulative. Plus votre chien bénéficiera de séances, plus ses douleurs diminueront.
  • les massages : ils permettront une meilleure détente des muscles et des jointures grâce à l’utilisation d’un gel ou d’une huile de massage à base d’huile essentielle.
  • l’hydrothérapie : nager et étirer les membres dans la piscine permet non seulement d’assouplir, mais aussi remuscler les jointures.
  • les ultrasons : cette méthode non invasive permet de soulager efficacement les douleurs du chien.
  • l’électrostimulation : les ondes de choc de cette méthode permettent de raffermir et remuscler les zones touchées.

Les compléments alimentaires

Bon nombre de spécialistes ont réalisé l’importance de l’alimentation à tous les stades de la vie d’un chien, qu’il soit en pleine forme, jeune, vieux ou malade. Il sera question de fixer de nouvelles règles en fonction de ses nouveaux besoins, car la maladie évolue. Voici une liste de compléments alimentaires à donner :

  • la glucosamine et la chondroïtine pour calmer les inflammations et assouplir la rotation des os.
  • le CBD pour masquer et affaiblir les réactions nerveuses et immunitaires à la chaîne.
  • l’oméga 3 présente essentiellement dans l’huile de poisson (krill, saumon, sardine, autre) permet de lubrifier les contacts osseux.
  • la moule verte pour un apport accru en oméga compte tenu de ses 4 acides gras et de ses glycosaminoglycanes.

L’aromathérapie

Il a été maintes et maintes fois prouvé que les plantes bénéficiaient de principes actifs suffisamment puissants pour apporter une solution radicale. Voici les plantes médicinales indispensables dans le traitement de l’arthrose :

  • le curcuma
  • l’harpagophytum
  • le lin
  • la Reine-des-prés
  • l’ortie
  • le saule blanc
  • le romarin

L’harpagophytum est toutefois déconseillé aux chiens qui souffrent de troubles cardiaques et vasculaires, d’ulcères d’estomac, de maladies gastro-oesophagiennes ou encore de calculs. Les animaux qui présentent des calculs, des problèmes cardiaques ou rénaux doivent éviter l’ortie. De manière générale, il faudra se rapprocher de son vétérinaire si l’animal présente une insuffisance rénale ou cardiaque.

Les anticorps monoclonaux

Un nouveau traitement fait sensation depuis quelque temps. Il s’agit des anticorps monoclonaux développés par le laboratoire vétérinaire Zoétis. Lorsque les chercheurs ont réalisé l’importance de la molécule NGF dans la création de la douleur arthrosique, des études plus approfondies furent réalisées afin de découvrir comment briser la chaîne de transmission du message neuropsychique envoyé au système nerveux.

Dès lors, ils mettent en place une réplique quasi parfaite des anticorps déjà présents dans l’organisme de l’animal afin de réduire à néant l’action de la molécule NGF. Grâce à cela, le chien est désormais libre de toute douleur. Le chien pourra alors bénéficier de Bédinvetmab, la création de Zoétis spécialement pour animaux souffrant d’arthrose.

Nos conseils

Si vous pensez avoir tout essayé, renvoyez malgré tout son alimentation. Il peut s’agir de croquettes, de pâtée ou de ration ménagère. Il arrive régulièrement qu’une nutrition très peu adaptée aux exigences biologiques du chien puisse causer un réflexe dit viscéro-posturo-articulaire. Ce réflexe est également à la naissance de l’état arthrosique.

De ce fait, la position articulaire dans l’axe non naturel décrit entraînera nécessairement l’usure prématurée des jointures. Mais la maladie est évolutive et chaque changement opéré peut avoir des conséquences sur son expression. Ainsi, bien que le cartilage ne soit pas en mesure de se regénérer, rien n’est jamais perdu sur le plan de la rémission partielle.

L’avis des vétérinaires sur l’arthrose du chien et l’euthanasie

Il s’agit d’une opinion partagée par la plupart des experts du monde vétérinaire également. D’autant que certains estiment qu’il existe un supplément alimentaire supplémentaire capable de faire des miracles sur le plan de la reminéralisation partielle de l’os : le Canzocal. Ce supplément, connu des vétérinaires et des fermiers depuis près de 30 ans maintenant, est constitué de tout ce qu’il y a de plus naturel dans un os vivant : des acides aminés, des protéines, des protéoglycanes et des minéraux.

Il est souvent montré comme le meilleur supplément à ce jour pour le stade avancé de la maladie. Composé de cartilages et d’os déshydratés à basse température, le produit présente deux avantages majeurs : la qualité anti-douleur et régénératrice cartilagineuse. Il ne s’agit en aucun cas d’un médicament, d’où la nécessité de laisser le produit agir durant près de 5 semaines pour en observer les résultats.

Notre avis sur l’euthanasie dans le cadre de l’arthrose du chien

Après avoir pris connaissance de toutes ces informations, vous vous rendrez probablement compte que l’espoir est toujours de mise même lorsque le chien est concerné par un état arthrosique avancé, voire arthritique extrême. Cependant, la décision vous revient entièrement.

Vous connaissez votre chien et ressentez quand une situation n’est pas normale. Si votre instinct vous fait penser qu’il arrive en fin de vie, rendez-vous chez votre vétérinaire pour avoir l’avis d’un expert. Il ne manquera pas de vous accompagner dans cette période difficile.

FAQ

Que ressent un chien euthanasié ?

L’opération ne provoque aucune douleur, car il est endormi et son corps endolori. Ne soyez pas effrayé par ses yeux ouverts après décès. Cela est dû à ses muscles. Quant aux divers spasmes, ils sont également musculaires et ne sont pas le signe d’une vie encore présente.

Quels sont les symptômes d’un chien en fin de vie ?

Chaque chien agit différemment, mais certains signes peuvent vous éclairer sur le fait qu’il avance progressivement vers la fin de vie :

  • perte d’appétit
  • diminution du contrôle intestinal et de la vessie
  • extrême fatigue
  • changements respiratoires

Comment savoir si c’est le temps de faire euthanasier son chien ?

Il n’existe tout simplement pas de bon moment pour s’y résoudre. Il est généralement temps de le prendre la décision la plus dure qui soit lorsque :

  • le chien souffre continuellement de douleurs liées à la maladie
  • l’agonie se fait lente
  • la maladie ne cesse de progresser à une vitesse exponentielle
  • le chien est épuisé, déprimé des longues opérations chirurgicales et des traitements qui ne l’aident plus

Quels sont les signes d’un chien qui souffre ?

Les signes sont plus nombreux et variés :

  • perte de l’appétit
  • changement comportemental (moins d’échanges avec les humains ou les animaux, difficultés à dormir, moins de réactivité, perte de l’envie de jouer)
  • changement de posture (boiterie, dos voûté, étirements constants)
  • changement d’expression (tristesse, dépression, anxiété, regard vide)
  • vocalises sur les douleurs aigues
  • grattage et auto-mutilation
  • épuisement général

Où faire piquer son chien gratuitement ?

Des organismes comme la SPA proposent l’accès à des dispensaires sur toute la France. Ils existent au nombre de 12 et permettent aux personnes aux ressources limitées d’offrir les soins nécessaires et primordiaux à leurs animaux. Les refuges, les centres d’éleveurs et les écoles vétérinaires sont également des lieux de prédilection pour certains services gratuits.

Partager ce contenu

Conseils-animaux.fr, 2024