Logo Conseils-animaux.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-animaux.fr, 2022

Tout savoir sur le poids du cheval de trait

  1. Le poids des animaux >
  2. Poids du cheval >
  3. Poids du cheval de trait
poids cheval de trait

Un équidé sur 4 en France est un cheval de trait (source : annuaire ECUS 2013). Près de 8606 élevages de chevaux de trait ont été comptabilisés dans l’Hexagone, en 2012. Enfin, on compte près de 12.960 naissances de ces types d’animaux, la même année. Aujourd’hui, encore, ces équidés sont présents sur tout le territoire français, en particulier sur les surfaces agricoles et montagneuses (source : IFCE). Comme c’est déjà le cas dans certains pays comme Belgique et les États-Unis, les éleveurs français sont de plus en plus nombreux à revaloriser ce type de cheval – quitte à en faire des compagnons au quotidien. Vous vous êtes lancé dans l’élevage de chevaux de trait ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur le poids du cheval.

Cheval de trait : quelle utilisation ?

Comme son nom l’indique, il ne s’agit pas tout à fait d’une race. Le terme renvoie, à l’origine, à tous les chevaux essentiellement destinés à la traction, entre le Xe et le XXe siècle.  Il s’agit, entre autres, du percheron, du comtoïs, du cob normand, etc.

En plus de pourvoir de la viande, ces animaux – de par leur morphologie puissante – ont donc fait l’objet d’une sélection rigoureuse, pour aider l’homme dans plusieurs travaux. C’est, notamment, le cas du transport de marchandises vers la poste, de l’agriculture, de l’attelage de guerre, du travail de débardage. D’autres propriétaires, en revanche, n’hésitent pas à s’en servir comme cheval de selle et de loisir.

Comment évoluent la courbe de croissance et la masse corporelle du cheval de trait ?

Ces équidés présentent une croissance plus rapide, par rapport aux autres chevaux. Pesant 75 kilogrammes à la naissance, un cheval de trait peut gagner jusqu’à 3 kilos par jour pendant son premier mois de vie. Toutefois, la croissance du poulain peut varier selon la souche et le sexe.

En moyenne, cependant, il doit faire 50% de son poids adulte – soit de 250 à 500 kg – au moment du sevrage. Il atteint, également, 80% de sa taille adulte, au garrot, soit de 1,3m à 1,5m.

Le développement d’un jeune trait connait, ensuite, un ralentissement à la phase post sevrage. Le gain quotidien du poulain n’est plus qu’à 0,4 kilo ou à 0,5 kilo par jour, de sa période de maturation jusqu’à l’âge d’un an.

À ce moment, il atteint 90% de sa hauteur finale – soit l’équivalent de 1,6m environ – et le périmètre de sa cage thoracique doit être en moyenne de 75% de celui d’un cheval de trait en fin de croissance (à peu près 2 mètres).

La majorité des traits finissent leur croissance après 3 années d’existence, avec une masse corporelle de 500 Kilogrammes à 1000 Kilogrammes, s’ils ne sont pas sujets à des pathologies.

Tableau récapitulatif du poids et de la taille d’un cheval de trait

ÂgePoids par âgeTaille par âge
Naissance75 kg1,2 m à 1,3 m
Sevrage250 à 500 kg1,3 à 1,5 m
1 an375 à 750 kg1,6 m
3 ans500 à 1000 kg1,6 à 1,8 m

Quels sont les problèmes de poids chez ces chevaux ?

La graisse du cheval est un tissu actif qui est, directement, lié à la sécrétion de substances comme les hormones et les moelles osseuses. Tout comme pour les autres types d’équidés (chevaux de selle, chevaux de sang, poney, chevaux de course…),  la masse graisseuse de l’animal n’est pas à prendre à la légère.

La maigreur reste un cas assez rare chez ces chevaux. Elle est, généralement, due à des troubles intestinaux. Certains équidés peuvent aussi connaître une perte du poids avec l’âge. L’obésité, elle, est plus fréquente chez plusieurs races de trait, notamment chez le percheron, le boulonnais, le comtois, l’ardennais ou le trait belge, le trait breton et le trait du nord ainsi que le cob normand. D’une manière générale, le surpoids résulte soit d’une mauvaise alimentation soit d’un manque d’activité physique.

Quelles sont les conséquences de l’obésité chez le cheval de trait ?

Un excès de poids peut se répercuter, directement, sur la santé et les performances de l’équidé. Citons, à titre d’exemples, la résistance à l’insuline, l’apparition d’une tumeur graisseuse dans l’intestin ou encore la fourbure.

Vous pourriez, en outre, constater des problèmes de reproduction chez les équidés atteints d’obésité. Les étalons plus gras ont, en effet, un taux d’infertilité plus élevé par rapport à ceux qui ont un poids normal. Par ailleurs, les juments obèses ont, également, du mal à aller à terme de leur grossesse.

Quelles solutions pour traiter la grosseur de ces animaux ?

Si votre équidé se trouve en excès de poids, il n’y a que deux solutions possibles : revoir son régime alimentaire et augmenter ses exercices. D’une part, privilégiez une alimentation riche en fibre, comme le foin. Et réduisez la quantité de concentrés dans sa ration quotidienne. Ces derniers favorisent une prise de poids rapide. Cependant, veillez à ce que cette transition se fasse la plus progressive possible. Il en est de même pour les exercices physiques. Ils doivent être réguliers et s’intensifier graduellement.

Notez, cependant, que le trait possède une allure imposante. Pour différencier un cheval obèse d’un autre qui a un poids de forme, la barymétrie constitue un outil incontournable. Associée à l’estimation visuelle, cette méthode propose plusieurs formules et échelles mathématiques basées sur la mensuration de l’animal.

Pour les chevaux de trait, vous pouvez utiliser une formule parmi les suivantes, selon le cas de votre équidé.

  • Pour les juments et les entiers (avec une marge de 20kg)

Poids Vif (kg) = 7,3 Périmètre Thoracique (en cm) – 800

  • Pour les chevaux mâles castrés (avec une marge de 20kg)

Poids Vif (kg) = Périmètre Thoracique (en m)3 x 80

Partager ce contenu

Ne manquez aucun conseil animaux

Conseils-animaux.fr, 2022