Logo Conseils-animaux.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-animaux.fr, 2021

Pourquoi faut-il bien vermifuger son cheval ?

  1. Les soins >
  2. Vermifuges >
  3. Vermifuge chevaux
vermifuge chevaux

Les chevaux, comme les autres animaux, sont aussi exposés à l’infestation de leurs organismes par les parasites. Ces corps étrangers nuisent à ces animaux et peuvent entrainer éventuellement leur décès. C’est pour cela qu’il est important de leur administrer des vermifuges.

Ces médicaments sont utilisés à la fois à titre préventif ou à titre curatif. Un bon vermifuge sauvera donc votre cheval ou lui garantira une meilleure santé pour un plein épanouissement. Découvrez dans ce guide tout ce que vous devrez savoir par rapport aux antiparasitaires pour chevaux.

Les différents types de vermifuges pour les chevaux

Pour vermifuger les chevaux, différents types de médicaments sont disponibles sur le marché. Chacun d’entre eux est orienté vers une catégorie spécifique de vers. En effet, les équidés sont infestés par différents types de vers. Il serait donc opportun de faire un aperçu sur chacun d’entre eux avant d’énumérer les différents types de vermifuges existants.

Les principaux parasites des chevaux

Nous pouvons énumérer au total 6 différents parasites intestinaux qui infestent les équidés. Ce sont : les ténias, les grands strongles, les cyathostomes, les ascaris, les gastérophiles, et les oxyures.

Les ténias sont des vers parasites avec un corps composé d’anneaux plats. Il dispose de crochets au niveau de la tête qui lui permet de se fixer sur la paroi intestinale. Les ténias sont souvent présents dans le gros intestin des chevaux au pré qui sont victime de ce vers. Il faut dire que la fréquence d’infestation de ce parasite est très forte. Sa présence entraine des selles très liquides chez les chevaux.

Les grands strongles font partie des parasites les plus dangereux qui infestent les équidés. On les retrouve dans les artères mésentériques. Ce sont les chevaux au pré qui sont les victimes de ce vers. Une infestation de grands strongles peut entrainer des coliques ou une mort brutale chez le cheval.

Les cyathostomes, quant à eux, vont se loger dans la muqueuse du petit intestin. Elles entrainent des diarrhées et l’amaigrissement du cheval. Ces parasites s’attaquent aux chevaux au pré et sont très pathogènes chez les plus jeunes.

Les ascaris sont une catégorie de vers ronds qu’on retrouve dans le petit intestin. Ils s’attaquent aux jeunes chevaux et entrainent chez eux des selles liquides, un amaigrissement et un retard de croissance.

Les gastérophiles sont des insectes dont les larves infestent les chevaux au pré. L’animal contaminé a une baisse de forme. On retrouve les oeufs des gastérophiles dans l’estomac du cheval. Enfin, les oxyures sont aussi des parasites qui attaquent les chevaux au box et entrainent une démangeaison de l’anus.

Vermifuges contre les vers ronds

Trois différents types de vermifuges sont administrés aux équidés qui sont infestés par les vers ronds. Ces trois antiparasitaires sont : les lactones macrocycliques, le pyrantel, les benzimidazoles.

Les lactones macrocycliques sont une famille de molécule qui comprend : la Moxidectine et l’Ivermectine. Ces molécules tuent les larves et même les parasites adultes. La Moxidectine agit sur les parasites internes et externes. Elle tue les nématodes gastro-intestinaux par stimulation de la libération du GABA. Un état de repos irréversible s’en suit pour causer la paralysie et la mort des parasites. L’Ivermectine est un médicament sans danger. Elle est très efficace contre les Gasterophilus.

Le pyrantel est souvent utilisé à titre préventif contre les infestations parasitaires. Il cause un blocage neuromusculaire qui agit sur les oxyures, et les ascaris. Les benzimidazoles utilisés contre les vers parasites sont le fenbendazole et le mébendazole. Autrefois bien efficaces, les parasites ont développé déjà une résistance contre cette famille de molécule. En plus, les benzimidazoles ne permettent pas d’arrêter le cycle des parasites.

Vermifuges contre le ténia

Pour lutter contre le ténia et sauver la vie des chevaux, vous pouvez leur administrer deux différents types de médicaments : le pyrantel et le praziquantel. Le pyrantel n’est efficace contre le ténia que lorsqu’il est administré à doubles doses. Dans le cas contraire, toute prise serait inefficace. Quant au praziquantel, il est le traitement de référence contre ce vers plat. Vous pouvez associer cette molécule aux lactones macrocycliques pour accroître son action.

En dehors de ces différents vermifuges, vous pouvez également utiliser l’ail ou la spiruline pour renforcer le système immunitaire de l’animal.

L’utilité des vermifuges pour les chevaux

Les parasites qui infestent les équidés causent des problèmes de santé à ces derniers. Comme nous l’avons expliqué, il y en a qui peuvent même entrainer leur mort. Dans un cas général, les problèmes de santé que peuvent entrainer ces parasites dépendent de plusieurs facteurs. Il s’agit du degré d’infestation, la résistance individuelle et de l’état de santé de l’animal. Dès lors, il est utile de vermifuger son cheval à cause des risques du parasitisme sur leur état de santé.

Le parasitisme entraine des problèmes de santé

Les différents parasites qui infestent les chevaux et dont nous avons déjà parlé sont responsables de plusieurs problèmes de santé. En effet, leur présence dans l’organisme de l’équidé affecte localement et même l’ensemble de son organisme. Lorsque ces vers sont déjà à l’état adulte, ils se logent dans le tube digestif. Ils vivent alors du contenu alimentaire et nuisent à l’appareil digestif. Ils entrainent donc, des ulcères, des douleurs des inflammations. Le cheval qui subit ces affections commence par avoir une baisse de son état de santé général. Un retard de croissance s’en suit logiquement.

Lorsqu’il s’agit des larves, les conséquences sont encore plus graves. Ce sont les formes les plus pathogènes de ces parasites. En effet, les larves se répandent dans tout l’organisme du cheval. Les différents organes de ce dernier sont donc envahis par elles. Les organes vitaux comme le foie, les poumons, les artères, le pancréas peuvent être ainsi atteints. Certains signes de la présence de ces larves sont : les plaies, des ulcères, des coliques, des cicatrices, des fibroses et des adhérences.

Par ailleurs, la diminution de l’appétit, l’anémie, le poil terne sont également des conséquences de ces vers. Des conséquences plus graves comme l’avortement par colique et même la mort brutale de l’animal peuvent arriver. Des fois, la prolifération de ces larves peut s’effectuer de façon très sourde sans que les symptômes ne soient rapidement visibles.

La capacité de prolifération et de survie des vers

Les parasites que les animaux hébergent se reproduisent rapidement à une grande échelle. Un seul animal peut héberger dans son organisme une population de 100 000 grands strongles. Chaque femelle de ce vers peut pondre plus de 5000 œufs par jour. En supposant donc une population de 10 000 femelles, on peut avoir par jour jusqu’à 50 000 000 d’œufs par jour. Cela entraine un nombre considérable de larves dont certains seront rejetés dans l’environnement et les autres vont grandir pour encore se reproduire. Les petits strongles quant à eux, peuvent aller jusqu’à 500 000 adultes dans l’organisme d’un cheval. Ses femelles peuvent pondre jusqu’à 100 œufs par jour.

Quant à la survie de ces parasites, les œufs et les larves des petits strongles ont une durée de vie d’environ 1 an dans les crottins de l’animal. Dans l’organisme de l’équidé, ces larves peuvent vivre pendant 3 ans. Les œufs des ascaris, quant à eux, peuvent résister pendant deux ans. En considérant ces chiffres, force est de constater à quel point ces parasites peuvent être un réel danger pour la survie de ses animaux. Non seulement elles entrainent des problèmes de santé, mais elles sont assez importantes et résistantes pour être prises au sérieux. C’est en cela que les vermifuges pour chevaux jouent pleinement leur rôle.

Rompre le cycle de prolifération des parasites

Les antiparasitaires ne sont pas du tout en mesure d’éradiquer 100 % de la population de ces organismes vivants. Leurs efficacités sont vraiment variables. Les vermifuges sont beaucoup plus efficaces sur les adultes et moins sur les larves.

Grâce à ces médicaments, on peut donc rapidement rompre le cycle interne de prolifération des parasites. Les adultes éliminés, il n’y aura donc plus de possibilité de reproduction en masse. En conséquence, le nombre de parasites diminuera progressivement. À la longue, le résultat sera donc moins de chevaux malades et moins de chevaux contaminés.

La fréquence idéale de vermifugation chez le cheval

La vermifugation, un moyen de lutte contre les parasites, ne se fait pas chez les chevaux de la même manière. En effet, plusieurs paramètres entrent en jeux pour savoir à quelle fréquence et quand vermifuger un cheval. Il s’agit de la saison, de l’âge, du mode de vie, de l’alimentation, du niveau d’infestation et de l’activité du cheval.

Fréquence de vermifugation des équidés

Vous pouvez administrer un vermifuge à votre cheval tout au moins une fois par an. Si c’est un cheval qui vit au pré, il faut le vermifuger deux fois par an. Pour établir un plan de vermifugation idéal, il faut aussi tenir compte des avis de votre vétérinaire après une coproscopie.

Généralement, la fréquence de vermifugation est moyennement de 4 fois par année. Cela suppose donc un soin à chaque changement de saisons. Selon les recommandations du vétérinaire, il faut vermifuger entre décembre et janvier, mars et avril, juin et juillet, septembre et octobre. Toutefois, cette fréquence peut être diminuée ou augmentée.

Par exemple, avec des risques de contamination élevée vous pouvez augmenter la fréquence de vermifugation. Cependant, il est demandé aujourd’hui de diminuer la fréquence parce que les parasites s’habituent aux substances utilisées. Notez que la vermifugation est obligatoire pour les chevaux au début du printemps.

La vermifugation par catégorie de cheval

La fréquence de vermifugation que nous avons donné n’est pas toujours celle à suivre pour toute catégorie de cheval. Par exemple, une jument en gestation et un cheval âgé ne seront pas toujours traités selon les mêmes règles.

Les poulains et la poulinière sont traités au même moment jusqu’au débourrage. Les juments en état ne doivent pas être vermifugées dans les jours qui précèdent la mise en bas. Les jeunes chevaux étant beaucoup plus affectés par les parasites à cause de leur faible poids, ils doivent être vermifugés dès les premiers mois.

Les coursiersdoivent aussi faire l’objet d’une meilleure attention. En raison de leurs performances sportives, on doit de temps en temps leur donner des antiparasitaires. Quant aux chevaux âgés, leur constitution fragile entraine des conséquences graves en cas d’infestation parasitaire.

En dehors de ses spécificités, les chevaux d’une même pâture doivent être vaccinés au même moment. Il est aussi recommandé de traiter le cheval au moins deux jours avant de nettoyer les boxes. Lorsqu’il s’agit d’un nouveau-né, il faut prendre soin de le traiter avant de le mettre avec les autres.

Consultez notre dossier spécifique sur les vermifuge d’automne pour chevaux.

Les meilleurs produits de vermifuge existants

Plusieurs laboratoires de recherche ont développé des antiparasitaires pour les équidés. Parmi eux, on retrouve les produits chimiques et des produits naturels avec des prix bien différents aussi.

Parasitex : Le vermifuge naturel pour cheval

Parasitex est un produit naturel développé par la marque Mühldorfer-Pferdefutter. Cet antiparasitaire non chimique est fabriqué avec des huiles essentielles d’armoise et de sauge, de la graisse de coco et de la propolis. Ce médicament refoule le développement des vers dans l’intestin du cheval. Ce médicament ne présente aucune toxicité pour l’environnement ni pour l’organisme du cheval.

Equimax : Lel oral pour chevaux

Equimax est un vermifuge pour chevaux pour le traitement des infestations mixtes des cestodes, les nématodes et les larves d’arthropodes. Les substances actives contenues dans cet antiparasitaire sont l’Ivermectine et le Praziquantel. Ces deux molécules sont très efficaces contre les différents parasites qui infestent qui attaque les équidés. C’est donc un meilleur médicament pour les traiter. Les substances neutres contenues dans l’Equimax sont le Dioxyde de titane et le propylène glycol.

Eraquell : pâte orale pour chevaux

Ce médicament est indiqué pour le traitement des parasites qui sont sensibles à l’Ivermectine. Il est donc administré pour lutter contre l’infestation par les oxyures, les ascarides, et d’autres nématodes gastro-intestinaux. Vous pouvez également utiliser l’Eraquell pour traiter une infestation par les Gastérophiles. Ce médicament est proscrit chez les juments dont le lait est extrait pour la consommation humaine.

Equest : Gel oral pour chevaux

Equest est composé de Moxidectine, d’alcool benzylique et d’Edétate disodique. La Moxidectine est une molécule de la famille des lactones macrocycliques. Elle permet de lutter contre l’infestation par les nématodes gastro-intestinaux. Les grands strongles, les petits strongles, les ascarides sont tous éliminés par ce médicament.

Strongid chevaux : Pâte orale

Pour le traitement des infestations par les nématodes gastro-intestinaux adultes vous pouvez aussi utiliser le Strongid pour vos chevaux. La substance active de ce médicament est le pyrantel. Malheureusement, les parasites qui sont neutralisés par ce médicament ne sont pas si nombreux. Il serait donc mieux de l’utiliser avec d’autres vermifuges.

IVERPRAZ : Pâte orale pour chevaux

Ce médicament contient les mêmes substances actives que le vermifuge Equimax. Il s’agit de l’Ivermectine et du Praziquantel. Son champ d’action est donc aussi assez étendu. Il permet de lutter contre les différents types de parasites qui infestent les chevaux. Vous pouvez donc utiliser l’IVERPRAZ seul pour lutter contre les nématodes, les Cestodes et les Gastérophiles.

Nos recommandations pour lutter contre les parasites

Les vermifuges sont perçus comme le moyen le plus efficace pour assurer une meilleure santé des chevaux vis-à-vis des parasites. En réalité, il n’est pas possible d’éradiquer totalement l’ensemble de ces corps étrangers qui infestent les équidés. Leur capacité de reproduction et de survie est vraiment grandiose. C’est pourquoi toutes les mesures prises à propos ne visent qu’à réduire considérablement leur nombre et leurs impacts sur ces animaux.

Les antiparasitaires doivent donc être administrés aux animaux depuis leur plus jeune âge, et ceci jusqu’à l’âge adulte. Pour cela, il faut établir un calendrier de vermifugation pour un meilleur suivi de votre animal. Vous devrez également tenir compte de tous les paramètres comme l’âge, l’activité pour bien organiser le calendrier. Il serait toutefois convenable de le faire en prenant l’avis d’un bon vétérinaire.

Une mauvaise vermifugation peut nuire aussi à votre animal. De même, les médicaments vendus sur le marché ont aussi leur spécificité selon le type de parasite auquel vous avez affaire. Privilégiez cependant les antiparasitaires qui ont un champ d’action plus étendue. En dehors des vermifuges, il faut aussi penser à limiter les risques d’infestations de vos animaux. Pour cela, vous devrez prendre des mesures sanitaires telles que le nettoyage régulier des écuries pour une bonne hygiène, et le vide sanitaire.

Il faut également mettre en quarantaine les nouveaux chevaux entrants. Par ailleurs, veiller à assurer une bonne pâture à vos animaux. Il existe même des plantes qui, une fois ingérées, peuvent tuer naturellement les vers qui mettent vos animaux à risque. Ce sont par exemple l’ail, le thym, ou le romarin. Prenez cela en compte dans leur alimentation.

Ne manquez aucun conseil animaux

Conseils-animaux.fr, 2021