manage_search

Le diabète chez le chat : tout savoir pour bien le soigner

  1. Les soins >
  2. Soin du chat >
  3. Diabète chez le chat
Diabète chez le chat

En 2023, environ 1 chat sur 200 souffrait de diabète. Face à un pourcentage si élevé de cas déclarés, être bien sensibilisé s’avère indispensable pour garder son animal de compagnie loin de cette maladie chronique. De plus en plus fréquente, elle se traite très bien quand elle est diagnostiquée tôt. Dans le cas contraire, elle peut devenir grave. Voici comment repérer le diabète félin et faire soigner son chat dès l’apparition des premiers symptômes.

Qu’est-ce que le diabète chez le chat ?

Le diabète ne touche pas uniquement les humains, ce problème de santé peut également atteindre les animaux de compagnie, dont les chiens et les chats.

Définition du diabète du chat

Le diabète félin est une maladie chronique liée au dérèglement de la sécrétion d’insuline et à sa mauvaise assimilation par l’organisme. L’insuline est une hormone fabriquée par le pancréas via les cellules endocrines bêta des îlots Langerhans. Son rôle est de réguler le taux sucre (glucose) dans le sang et d’alimenter toutes les cellules du corps, en particulier celles des muscles et du cerveau.
Sans cette hormone, l’organisme est incapable d’assimiler le glucose consommé par l’animal et donc de l’utiliser. Ce sucre, présent en excès ou éliminé à outrance par l’organisme, augmente les risques de troubles et de maladies graves chez le chat.

Quels sont les différents types de diabète félin ?

On généralise souvent en parlant de diabète sucré pour désigner cette maladie. Derrière cette expression se cache en réalité trois types de diabète. Le type I est insulinodépendant, les diabètes de types II et III sont non-insulinodépendants.

Diabète de type I (ou juvénile)

Il se caractérise par une absence totale de sécrétion d’insuline dès la naissance du chaton. Très rares, les cas sont majoritairement dus à une malformation du pancréas, notamment lorsque cet organe ne dispose pas d’îlots Langerhans.

Diabète de type II (ou gras)

Les chats qui en sont atteints ont un taux d’insuline trop élevé dans le sang. Cela indique que le pancréas surproduit cette hormone ou que son action est nulle (un défaut dans la composition des cellules peut être une cause de ce phénomène). Représentant 80 % des cas, le diabète de type II est le plus répandu chez le chat.

Diabète de type III (ou maigre)

Dans ce cas-là, la présence d’insuline dans le sang est insuffisante. L’organisme ne parvient pas à produire suffisamment de cette hormone pour traiter le glucose. Ce dérèglement peut être lié à un facteur interne (les îlots Langerhans ne produisent plus d’insuline) ou à un facteur externe (nourriture trop chargée en glucose par rapport aux capacités d’assimilation du corps).
Ce diabète est souvent une conséquence d’un diabète de type II non traité.

Quelles sont les races de chats les plus touchées ?

Toutes les races peuvent être touchées par le diabète. Cependant, des prédispositions génétiques augmentent le risque chez certains chats. Voici les races les plus fréquemment atteintes.

  • L’Abyssin
  • Le Burmese
  • Le Bleu russe
  • Le Norvégien
  • L’European Shorthair
  • Le Sacré de Birmanie

Les mâles stérilisés sont plus touchés par le diabète que les femelles, toutes races confondues. En outre, les chats d’élevage développent moins de diabète que les animaux sans pedigree. En effet, les éleveurs évitent la reproduction entre les chats diabétiques afin de limiter les risques d’une transmission héréditaire.

Quelle est l’espérance de vie d’un chat diabétique ?

L’espérance de vie d’un chat atteint par cette maladie féline dépend de nombreux facteurs. Sa race, son sexe et son cadre de vie ont une incidence non négligeable sur la longévité de l’animal. Si le diabète est pris en charge très tôt, le traitement n’affectera pas la durée de vie du chat.
En cas d’absence totale de traitement, l’animal décèdera quelques mois après le diagnostic.

Les signes qui ne trompent pas

Les diabètes de type II et III se développent progressivement. Surveiller son animal dans ses habitudes permet de détecter rapidement les premiers signes de la maladie. Attention cependant, de nombreuses pathologies se repèrent grâce à des symptômes similaires à ceux du diabète. Ainsi, seul un vétérinaire saura déterminer si le chat souffre de cette maladie ou d’une autre.
Voici les indices qui doivent vous alerter sur un potentiel diabète.

Troubles de l’appétit

Un chat qui mange plus que d’habitude ou, au contraire, qui ne veut plus s’alimenter, souffre certainement de problèmes hormonaux de type diabète. En effet, de tels troubles de l’appétit peuvent laisser penser que l’organisme du chat ne sait plus puiser le glucose dans sa nourriture ou s’en servir.

Troubles de la soif

Un chat qui réclame de l’eau en permanence ou qui ne boit plus sa ration quotidienne peut être atteint de diabète. Ce changement de comportement démontre souvent que le corps cherche à compenser un problème hormonal. En buvant à outrance, le chat parvient à éliminer par les urines le glucose en surplus. En limitant sa consommation d’eau, son organisme cherche, au contraire, à limiter les rejets de nutriments.

Troubles du poids

Conséquence des troubles de l’appétit et de la soif, un chat atteint de diabète souffre généralement de problèmes de poids. Un animal qui grossit rapidement alors que son régime alimentaire n’a pas changé peut être atteint d’un diabète de type II. Un chat qui perd brutalement du poids malgré la consommation de sa ration alimentaire quotidienne est susceptible de souffrir d’un diabète de type III, surtout s’il a précédemment vécu une phase de prise de poids.

Troubles urinaires

Autre répercussion courante des troubles de l’appétit et de la soif, un chat diabétique urine beaucoup. Si vous devez changer la litière de votre animal plus fréquemment qu’avant, c’est peut-être qu’il est atteint de cette maladie. Le corps traite les excès de sucre à travers les reins.
Ainsi, une augmentation des pipis indique une mauvaise gestion de l’insuline. Une urine à la texture poisseuse (chargée de sucre) est un indice supplémentaire d’un risque de diabète.

Grossissement du foie et inflammation du pancréas

Que ces problèmes soient associés ou pas, ils indiquent tous les deux que le chat a des difficultés à produire (rôle du pancréas) et à réguler (rôle du foie) sa glycémie. Ces phénomènes se repèrent en palpant l’animal. Si votre chat se plaint quand vous le touchez ou que vous sentez une grosseur au niveau de son abdomen, il peut s’agir d’un signe avant-coureur du diabète.

Maladie évolutive, il est difficile de diagnostiquer un diabète félin sans l’aide d’un vétérinaire. Consultez ce dernier dès que vous constatez que votre chat a changé de comportement depuis quelques semaines. L’augmentation de la soif, ou de l’appétit, peut être due à d’autres facteurs et rester passagère.
De fait, les situations stressantes et les variations de température peuvent jouer sur le comportement de votre animal de compagnie, par exemple.
Si plusieurs symptômes apparaissent en même temps et provoquent un comportement incohérent, comme un chat qui mange beaucoup trop et qui maigrit, il faut impérativement consulter un vétérinaire.
L’état de santé de l’animal peut vite se dégrader.

Comment savoir si mon chat est diabétique ?

Plusieurs étapes et examens sont nécessaires pour diagnostiquer un diabète félin.

  • Observation du comportement de l’animal : un maître attentif verra son chat changer progressivement ses habitudes et pourra alors soupçonner qu’il développe un diabète. Les signes n’apparaissent pas du jour au lendemain, ce sont les petites évolutions et le cumul de certains phénomènes qui doivent vous alerter.
  • Analyse sanguine : cet examen permet au vétérinaire de connaître le taux de glucose présent dans le sang. Chez un chat à jeun, ce taux doit se situer entre 0,6 et 1,1 g/L. S’il est en dessous, l’animal est en hypoglycémie. Au-delà de 2,2 g/L de glucose, le chat est en hyperglycémie.
  • Analyse urinaire : cet autre examen indique au vétérinaire quelle quantité de sucre le chat rejette. Si le taux est très faible ou très élevé, cela peut être lié au diabète. Cette analyse vient souvent en complément du prélèvement sanguin, notamment lorsque le chat fait une hyperglycémie.
  • Échographie ou radio abdominale : le diabète pouvant se détecter par un gonflement du foie ou une inflammation du pancréas, une échographie, ou une radio, peut permettre de détecter un diabète félin. Cette maladie est parfois à l’origine de troubles sur ces organes, mais elle peut aussi découler d’autres problèmes de santé. Par exemple, une pancréatique débouche couramment sur un diabète.

Un vétérinaire a besoin de refaire les mêmes examens à quelques jours d’intervalle pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un diabète félin et non d’une autre pathologie. En effet, le stress engendre naturellement une augmentation du taux de glycémie chez le chat, faussant partiellement les analyses sanguines. Il est donc primordial de multiplier les analyses et de les répéter pour établir un diagnostic viable.

Les causes du diabète du chat

Elles sont multiples et peuvent se cumuler. En outre, le diabète est une maladie qui peut apparaître comme effet secondaire d’une pathologie, rendant difficile son diagnostic.

Obésité

Un chat en surpoids a du mal à réguler sa glycémie car sa masse graisseuse demande une production très élevée d’insuline, ce qui épuise son organisme. Un animal obèse sur quatre est atteint de diabète.

Manque d’activité physique

L’organisme d’un chat est naturellement programmé pour fabriquer une certaine dose d’insuline par jour. Cependant, un animal actif consomme plus de calories qu’un chat sédentaire, entraînant un décalage entre la production et l’utilisation des hormones. Une mauvaise régulation de l’insuline peut favoriser l’obésité et provoquer l’apparition d’un diabète.

Dérèglements hormonaux

Un dysfonctionnement du pancréas ou de la thyroïde peut déboucher sur un diabète. En effet, le dérèglement d’une hormone impacte l’assimilation des autres, que l’insuline soit à l’origine du trouble ou que le problème provienne d’une autre hormone.

Âge

Le diabète apparaît chez les chats âgés de 5 à 10 ans. Les symptômes sont ainsi généralement liés à l’âge, accompagnant la dégénérescence naturelle de l’organisme. Pour les races à grande longévité, les probabilités d’apparition du diabète sont faibles après le cap des 10 ans.

Accès et qualité de la nourriture

Un animal dont la gamelle est toujours pleine sera plus sujet à l’obésité et au diabète qu’un chat dont l’accès à la nourriture est restreint.
Les croquettes contenant beaucoup de céréales (et donc de glucose) et peu de protéines constituent une autre cause courante de l’apparition du diabète chez le chat. Son organisme ne sait pas gérer l’hyperglycémie venant des céréales, imposant au pancréas de surproduire de l’insuline pour réguler le taux de glucose dans le sang.

Stress

Le cerveau du chat sécrète en abondance de l’insuline lorsque l’animal a peur. L’organisme cherche à assimiler un maximum d’énergie pour fuir ou se défendre. Les angoisses à répétition peuvent ainsi devenir un facteur de dérèglements hormonaux et d’épuisement du pancréas.

Prédispositions héréditaires

Un chaton ayant des parents diabétiques a des risques accrus d’être atteint de cette maladie, surtout s’il est issu d’une race à forte prédisposition génétique.

Le traitement

Le diabète se traite par une alimentation adaptée, par une activité physique quotidienne et par des médicaments à base d’insuline.

Alimentation

Les protéines sont la base alimentaire du chat. Des croquettes et de la pâtée spécialement destinées à des félins diabétiques sont de rigueur pour rétablir l’équilibre nutritionnel de votre animal.
Vous devez aussi respecter les doses quotidiennes prescrites par le vétérinaire afin de contrôler la perte ou la prise de poids du chat.

Compléments alimentaires

À base de plantes et de graines, ils aident votre chat à réguler naturellement son taux d’insuline. En effet, il existe des aliments qui stimulent la production d’insuline ou qui, au contraire, capturent les molécules de cette hormone.
Ces compléments se présentent sous la forme d’un liquide ou de petits comprimés à mélanger à la nourriture du chat.

Injections d’insuline

Le vétérinaire calcule le taux de glycémie dans le sang et détermine ainsi quelle dose d’insuline le chat doit recevoir pour compenser la production naturelle de son organisme. En général, elle se situe entre 0,25 et 0,5 Ul/kg. Le maître doit alors injecter l’insuline deux fois par jour à l’animal, pendant le repas du matin et celui du soir.

Médicaments oraux

Alternatives aux injections, il existe désormais des comprimés d’insuline à donner au chat par voie orale, durant les repas. Le médicament peut être administré directement dans la gueule de l’animal ou mélangé à sa nourriture.

Traiter le diabète du chat exige beaucoup d’investissement de la part du maître. Les soins médicamenteux à prodiguer sont quotidiens et il faut que l’animal suive un régime difficile à accepter. La fermeté est cependant de rigueur pour que le chat se sente mieux et ne développe pas d’effets secondaires.

La prévention

Elle reste la meilleure solution pour limiter les frais de vétérinaire et les traumatismes liés au traitement du diabète. Vous devez observer une certaine discipline pour aider votre chat à rester en bonne santé.

Surveiller l’évolution du comportement du chat

Le diabète n’est pas un virus, les symptômes apparaissent progressivement. Connaître les habitudes de son chat, déceler les petits changements au fil des jours permet bien souvent de détecter un problème à temps.

Surveiller l’alimentation du chat

Portion de nourriture non consommée, demande incessante de repas ou troubles de la soif sont les petits signaux d’un dérèglement. La perte et la prise rapide de poids sont également les indices d’un problème de santé.

Rendre visite au vétérinaire

Une visite de contrôle une fois par an vous assure que votre animal se porte bien. En cas de suspicion de diabète, le vétérinaire effectuera les examens appropriés.

Notre avis sur le chat diabétique

De plus en plus de chats sont atteints de diabète. Le manque d’activité physique, la nourriture de mauvaise qualité ou encore la vieillesse sont autant de causes à l’apparition de cette maladie chronique.
Les traitements sont largement au point pour aider votre animal de compagnie à vivre une belle vie malgré le diabète. Bien sûr, il est primordial de soigner le chat sans attendre.
En effet, le diabète peut engendrer l’obésité ou le dépérissement de l’animal car son organisme ne sait pas gérer seul un tel désordre hormonal. Une alimentation saine, du sport et des médicaments suffisent à mieux réguler son taux d’insuline.

FAQ

Quelle est la durée de vie d’un chat diabétique sans traitement ?

Tout dépend de l’état d’avancement de la maladie et de l’hygiène de vie de l’animal au moment du diagnostic. Une nourriture de meilleure qualité et des compléments alimentaires peuvent prolonger naturellement l’espérance de vie d’un chat non traité pour son diabète.
Sans aucun traitement ni changement de mode de vie, un chat qui présente les symptômes d’un diabète de type II vivra plusieurs mois. Lorsqu’un chat souffre d’un diabète de type III, son espérance de vie se réduit à quelques semaines, dans les meilleurs cas.

Comment vient le diabète chez le chat ?

Cette maladie chronique apparaît quand l’organisme du chat n’utilise pas correctement l’insuline produite par le pancréas. Ce dérèglement hormonal est souvent la conséquence d’une mauvaise alimentation et d’un manque d’exercice. Le diabète peut aussi avoir une origine génétique ou être le symptôme d’une autre pathologie.

Comment éviter le diabète chez le chat ?

La meilleure façon de réduire les risques est de donner à son chat une nourriture de qualité. En effet, l’alimentation fournit les apports nutritifs dont l’animal a besoin pour fabriquer des hormones et pour les utiliser convenablement. Une alimentation déséquilibrée perturbe la sécrétion et l’action de l’insuline.

Quelle est l’espérance de vie d’un chat diabétique ?

Un diabète bien traité ne réduit pas l’espérance de vie de l’animal. Environ 25 % des chats présentent même des signes de rémission de la maladie, après une période de traitement. Pour espérer de tels résultats, les maîtres doivent être très investis. En effet, un suivi drastique des consignes du vétérinaire est indispensable. De plus, un chat à tendance diabétique devra observer un régime alimentaire strict tout au long de sa vie pour éviter une rechute.

Comment meurt un chat diabétique ?

Le diabète de type II dégénère souvent en diabète de type III lorsque le chat ne reçoit pas de traitement. Son organisme n’assimile alors plus du tout le glucose. La chute du taux de sucre dans le sang engendre des tremblements, des vomissements, des convulsions, une faiblesse généralisée ainsi qu’un état de famine. Les muscles et les organes ne recevant plus les nutriments nécessaires pour leur fonctionnement, le chat dépérit petit à petit.

Un chat traité ne meurt pas du diabète. En revanche, cette maladie rend l’animal plus sensible au glaucome et, entre autres, à la cystite. Il retarde la cicatrisation des plaies et aggrave d’autres pathologies.

Comment dois-je injecter l’insuline à mon chat ?

Le plus simple est de piquer entre les omoplates ou sur la partie latérale du thorax de l’animal, là où il y a un surplus de peau. Saisissez un peu d’épiderme pour créer une sorte de tente et insérez l’aiguille (à 30° si vous piquez les omoplates, à 40° si vous piquez le thorax). Vous pouvez alors appuyer sur le piston pour injecter le contenu de la seringue. Cette manipulation n’est pas douloureuse pour le chat mais elle doit être effectuée rapidement et calmement. Vous devez varier les zones de piqûres afin d’éviter le développement d’une hypersensibilité cutanée.

Que faire en cas d’oubli de l’injection d’insuline ?

Les injections se font généralement le matin et le soir, pendant les repas, afin que l’insuline arrive dans l’organisme en même temps que les autres nutriments. Si votre chat vient juste de finir de manger, l’injection reste possible.
Ne donnez pas d’insuline en dehors des repas. La concentration du produit pourrait déclencher une crise d’hypoglycémie, état grave chez un chat. N’administrez pas non plus deux doses au prochain repas. Cela mettrait l’animal en état d’overdose.
En cas de retard important par rapport à l’heure du repas, demandez conseil à votre vétérinaire. En fonction du taux d’insuline présent dans chaque dose, il pourra vous suggérer d’injecter la moitié d’une dose lors du prochain encas du chat ou de simplement attendre le repas suivant pour lui injecter une dose normale.

Partager ce contenu

Conseils-animaux.fr, 2024